Tous les articles par Alexandre Guilbaud

Journée Voltaire 2017 : Voltaire et D’Alembert (le 16 juin 2017, à l’Université Paris-Sorbonne)

Journée d’étude co-organisées par la Société des Études Voltairiennes (SEV), l’Université Paris-Sorbonne (CELLF 16-18) et le Groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert

Paris, Université Paris-Sorbonne, 17, rue Victor Cousin, salle F366 (accès par l’escalier F), 16 juin 2017

Attention : inscription obligatoire.
Pour des raisons de sécurité, l’Université Paris-Sorbonne n’autorisera l’accès qu’aux personnes enregistrées par le biais de l’interface suivante, qui permettra en outre d’obtenir une invitation nominative à présenter à l’entrée avec une pièce d’identité valide :
http://journees-voltaire.evenium.net

Contacts :        Olivier Ferret : Olivier.Ferret@univ-lyon2.fr
Irène Passeron : irene.passeron@imj-prg.fr

10h — Accueil et présentation

10h30 — Jean-Daniel Candaux (Genève) : L’article « Genève » de l’Encyclopédie : une usurpation ? une improvisation ? une affabulation ? une annonciation ? une provocation ? quoi encore ?

11h — Pause

11h15 — Henri Duranton (Université Jean Monnet–Saint-Étienne, IHRIM) : « Une confédération impie » ? D’Alembert et Voltaire au temps de la Destruction des jésuites.

11h45 — Linda Gil (Université Paris-Sorbonne, CELLF) : Voltaire, D’Alembert et Condorcet, une correspondance en trio : enjeux politiques et philosophiques (1774-1778).

12h15 — Discussions

14h30 — Russell Goulbourne (King’s College London) : D’Alembert, Voltaire et les « faux cheveux blonds » de Boileau, ou comment exprimer une perruque poétiquement.

15h — Jean-Claude Wable (Villeurbanne) : L’influence de Voltaire sur l’Académie française par l’intermédiaire de D’Alembert.

15h30 — Pause

15h45 — Olivier Ferret (Université de Lyon, Lyon 2, IHRIM) : Le Voltaire de l’Histoire des membres de l’Académie française.

16h15 — Discussions

Prochaine séance du séminaire « Manufacture de l’Encyclopédie » ce vendredi 18 novembre 2016 à l’UPMC (campus Jussieu)

La prochaine séance du séminaire aura lieu à ce vendredi 18 novembre 2016 de 10h30 à 17h, à l’UPMC, campus Jussieu (75005, métro Jussieu), couloir 15-16, salle 413 le matin et salle 417 l’après-midi.

PROGRAMME

  • Geneviève Cammagre (U. Toulouse Le Mirail) : « articles BIZARRE, FANTASQUE, CAPRICIEUX, QUINTEUX, BOURRU, (Gramm.) de Diderot, et QUINTEUX CAPRICIEUX, FANTASQUE, BOURRU, BISARRE, (Synonym.) de Jaucourt »
  • Liliane Picciola (U. Paris-Ouest-Nanterre) : « l’article TRAGÉDIE, (Poésie dramatique.), de Jaucourt »
  • Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine) : « les articles Bibliomane, BIBLIOMANIE »
  • Sophie Lefay (U. d’Orléans) : « articles de Marmontel : Critique, Définition, Didactique, etc. »

D’Alembert et les débuts de l’Encyclopédie : le jeudi 13 octobre 2016 à l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon

Tricentenaire de la naissance de D’Alembert

jeudi 13 octobre 2016

Palais Saint-Jean

4 av. Adolphe Max 69005 Lyon

9h – 18h

D’Alembert et les débuts de l’Encyclopédie

Préambule : Le 16 novembre 1717, ce sera le tricentenaire de la naissance de D’Alembert. Comme dans la bossa nova, il est utile d’entamer la musique de cette célébration avec un quart de temps d’avance. Dès cet automne 2016, l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon ouvre le bal. Le colloque qui va se tenir s’intéressera particulièrement aux débuts de l’Encyclopédie. Quand paraît le tome I, le 28 juin 1751, D’Alembert, âgé d’à peine 34 ans, a déjà derrière lui un brillante carrière de mathématicien, avec notamment son Traité de dynamique publié en 1743. Il a reçu un prix de l’Académie de Berlin, est entré en relations avec Frédéric II, est membre de plusieurs académies prestigieuses. A l’étranger, il est plus connu que Diderot, l’autre directeur de l’Encyclopédie. Il coordonne les parties mathématique et physique, mais intervient aussi dans d’autres champs, notamment philosophiques. C’est lui qui rédige le « Discours préliminaire ». Malgré les nombreuses études, souvent remarquables, effectuées par des historiens, des philosophes, des scientifiques et des littéraires depuis deux siècles et demi, il reste encore bien des points obscurs sur ces débuts de l’aventure encyclopédique. Nous allons donner quelques coups de projecteur sur la première moitié de la décennie cinquante et y inclure quelques autres surprises, notamment à la mort du savant.

Pierre Crépel

********************

PROGRAMME

9h : Accueil

9h30 – 12h15

Alexandre Guilbaud : « La contribution de D’Alembert dans l’Encyclopédie : bilan des recherches sur l’inventaire de ses articles et premières tendances »

Jean-Pierre Schandeler : « L’inclusion du Prospectus de l’Encyclopédie dans le Discours préliminaire : pourquoi des variantes dans les variantes ? »

Irène Passeron : « Le système figuré, et après ? ce que le système figuré du tome I figure et ce qu’il ne figure pas »

14h – 17h30

Marie Leca-Tsiomis : « L’art de la riposte : les textes d’escorte du tome III de l’Encyclopédie »

Marie Jacob : « D’Alembert, l’Académie des sciences et l’Encyclopédie »

Pierre Crépel : « Les personnages mystérieux de l’affaire D’Alembert-Tolomas (1755) »

Denis Reynaud : « La dernière charade de D’Alembert »

17h30 : Discussion générale

***********************************

RÉSUMÉ DES INTERVENTIONS

Alexandre Guilbaud, « La contribution de D’Alembert dans l’Encyclopédie : bilan des recherches sur l’inventaire de ses articles et premières tendances »

Les nombreuses recherches conduites depuis les études pionnières de J. Lough et de R.N. Schwab jusqu’aux travaux les plus récents, facilités par le renfort des outils de recherches numériques, ont progressivement permis de dresser et d’affiner l’inventaire de la contribution de D’Alembert dans l’Encyclopédie, ce qui inclut en particulier la liste des articles signés de sa marque (O) et, lorsque celle-ci n’apparaît pas, des articles pouvant lui être attribués dans les dix-sept volumes de discours parus entre 1751 et 1765. Nous donnerons une description du dernier état de cet inventaire et procéderons à l’analyse du corpus d’articles correspondant selon plusieurs perspectives (études des sources mobilisées, sujets abordés, articles co-signés, histoire éditoriale de l’Encyclopédie) dans le but d’esquisser un panorama le plus large possible de la contribution du savant relativement aux questions des modes de composition de ses articles, des domaines scientifiques traités et de l’influence qu’a pu avoir l’abandon de sa charge de coéditeur de l’ouvrage en 1758.

Jean-Pierre Schandeler, « L’inclusion du Prospectus de l’Encyclopédie dans le Discours préliminaire : pourquoi des variantes dans les variantes ? »

D’Alembert inclut dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie des passages du Prospectus rédigé par Diderot en 1750. Pourtant, certains de ces extraits sélectionnés sont soumis à une réécriture de telle sorte qu’apparaissent des variantes par rapport au texte initial du Prospectus. Pourquoi modifier ainsi un texte qui était destiné à annoncer un projet, alors que ce projet se réalise et que le Prospectus a perdu sa fonction ?

Irène Passeron , « Le système figuré, et après ? ce que le système figuré du tome I figure et ce qu’il ne figure pas »

Si l’Encyclopédie est souvent présentée comme l’ouvrage phare de la pensée des Lumières, à juste titre, le « Système figuré », grand tableau décrivant l’organisation des connaissances humaines, à la suite du « Discours préliminaire » du premier volume est-il et doit-il être interprété comme son illustration la plus pertinente et un mode de circulation privilégié dans le dictionnaire ? Nous montrerons dans cette communication, sur la base des travaux passés et en cours, les fonctionnements et dysfonctionnements du Système figuré, ce qu’ils révèlent et ce qu’ils masquent. C’est donc avec grande prudence que son utilisation doit être menée, comme le recommandaient d’ailleurs les éditeurs, Diderot et D’Alembert, et toujours couplée à une investigation du labyrinthe des articles eux-mêmes.

Marie Leca-Tsiomis , « L’art de la riposte : les textes d’escorte du tome III de l’Encyclopédie »

L’ « Avertissement » de D’Alembert, en tête du volume III de l’Encyclopédie, constitue une brillante riposte aux attaques menées par les jésuites puis par les jansénistes et qui avaient abouti à l’interdiction du Dictionnaire raisonné. Mais ce texte appartient à tout un dispositif que les éditeurs de l‘Encyclopédie ont mis en place, auquel appartiennent aussi tant les « Errata » du volume III que l’Apologie de l’abbé de Prades.

Marie Jacob , « D’Alembert, l’Académie des sciences et l’Encyclopédie »

D’Alembert entre à l’Académie des sciences en 1741, et dès 1746, il commence à travailler à l’Encyclopédie. Jusqu’en 1758, il mène de front sa charge de jeune académicien et la codirection éditoriale. Dans les deux cas, les domaines scientifiques abordés sont souvent les mêmes, et le savant ne cloisonnait pas son travail. Nous allons tenter de montrer comment ces activités se connectaient. L’Académie lui a permis de nourrir l’Encyclopédie tant par la rencontre de futurs auteurs que par l’expertise de mémoires qu’il établit à la demande de l’institution et qui lui servent de matériau pour ses propres articles.

Pierre Crépel , « Les personnages mystérieux de l’affaire D’Alembert-Tolomas »

On connaît l’affaire: répondant à l’article ‘College’ écrit par D’Alembert dans le t. III de l’Encyclopédie, le P. Tolomas, jésuite, prend la défense des établissements de sa compagnie dans son discours de rentrée au Collège de la Trinité à Lyon, le 30 novembre 1754. Il y aurait traité D’Alembert de bâtard (en latin) et celui-ci réclame son expulsion de la Société royale. Cette académie entre alors en ébullition au premier semestre 1755. Qui a pris position pour ? contre ? qui a tiré les ficelles de l’extérieur et pourquoi ? Cet examen nous conduira à Bourgelat, Voltaire, au cardinal de Tencin (oncle du ‘bâtard’) et à quelques autres, dont le Dictionnaire biographique de l’Académie (en cours d’achèvement) nous explicite les trajectoires. Mais il restera encore bien des mystères pour les historiens futurs.

Denis Reynaud, « La dernière charade de D’Alembert »

La veille de sa mort, pour preuve qu’il avait « conservé sa tête jusqu’au dernier instant », d’Alembert devine la charade et le logogriphe du Mercure. L’examen de cette anecdote rapportée par les Mémoires secrets sera l’occasion de faire une brève histoire de la charade et de sa pratique par les philosophes.

Séminaire « Manufacture de l’Encyclopédie » : le programme 2016-2017

Ce séminaire consacré à l’Encyclopédie et ouvert il y a cinq ans, est régulièrement suivi par un auditoire de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de doctorants de différentes nationalités et de différents horizons. L’Encyclopédie étant, par définition, multiple, elle appelle la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes, grâce à la régularité des rencontres et aux débats qui s’y mènent. Les membres du séminaire participent au projet ENCCRE (Edition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie, voir http://enccre.academie-sciences.fr/) qui concrétise et développe cette approche et répond à cette multiplicité. Ce projet est entré dans sa phase de réalisation et sera présenté au public le jeudi 19 octobre 2017.

Il s’agit désormais de travailler sur les articles eux-mêmes, non seulement leur(s) auteur(s), mais aussi leur contenu, leur inscription dans les débats d’époque, leurs enjeux manifestes ou latents, leur inscription dans les polémiques, leur originalité, etc.

Les séances de 2016-2017 présentent de nombreuses facettes du projet encyclopédique : polémique ou thématique (morale, jeu, musique, littérature, théologie, arts du livre, théâtre, hippiatrie, économie, médecine, balistique…), articulées à l’annotation critique d’un ou plusieurs articles.

PROGRAMME

Les séances ont lieu à l’Université Pierre et Marie Curie, UPMC (métro Jussieu) à Paris, une fois par mois ou plus, le vendredi, de 10h30 à 17h.

Vendredi 14 octobre 2016, 10h30-17h30 (exceptionnellement, cette séance aura lieu à Lyon, à l’Académie des sciences, belles lettres et arts, dans le Grand Salon du Palais Saint-Jean, 4 av. Adolphe Max, Lyon, 5e)

  • Pierre Chartier (U. Denis Diderot) : « article INTOLÉRANCE, (Morale.), de Diderot »
  • Thierry Depaulis (Musée Suisse du Jeu) : « article Cartes (Jeux) et Explication des Planches du Cartier »
  • Maxime Triquenaux (U. Lyon 2): « article CONVERSATION, ENTRETIEN, (Gramm.), de D’Alembert »
  • Frédéric Magnin : (CNRS, IMBE, U. Aix-Marseille) : « articles Pasterme de Manege, TROT, en terme de Manege, AMBLE, en langue de Manege, GALOP,  (Manége.) ».

Vendredi 18 novembre 2016, 10h30-17h, à l’UPMC

  • Geneviève Cammagre (U. Toulouse Le Mirail) : « articles BIZARRE, FANTASQUE, CAPRICIEUX, QUINTEUX, BOURRU, (Gramm.) de Diderot, et QUINTEUX CAPRICIEUX, FANTASQUE, BOURRU, BISARRE, (Synonym.) de Jaucourt »
  • Liliane Picciola (U. Paris-Ouest-Nanterre) : « l’article TRAGÉDIE, (Poésie dramatique.), de Jaucourt »
  • Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine) : « les articles Bibliomane, BIBLIOMANIE »
  • Sophie Lefay (U. d’Orléans) : « articles de Marmontel : Critique, Définition, Didactique, etc. »

Vendredi 9 décembre 2016, 10h30-17h, à l’UPMC

  • Julien Dubruque (Centre de Musique Baroque de Versailles) : « les entrées Opéra de Jaucourt »
  • Christophe Corbier (CNRS, CRAL, Ehess) et Malou Haine (U. L. de Bruxelles) : « articles TETRACORDE et SYRINX »
  • Raphaël Mandressi (CNRS, Centre A. Koyré, Ehess) : «  l’article CADAVRE »
  • Fabienne Le Bars (Bibliothèque nationale de France) : « l’article RELIEURE »

Dates du semestre suivant : 20 janvier, 10 février, 24 février, 10 mars, 31 mars.

Le séminaire est organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, U. Paris Ouest-Nanterre), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG), Alain Cernuschi (U. de Lausanne) avec le soutien de la Société Diderot, du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences, et de l’Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche.