Tous les articles par Irène Passeron

Anne-Marie Chouillet, l’ouverture d’esprit en héritage

Portrait-visage-AMC-mars2016Anne-Marie Chouillet s’est éteinte le 14 mai.
Fondatrice de la Société Diderot, et de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, elle a œuvré durant toute sa vie pour la connaissance du grand dictionnaire des Lumières et de son principal maître d’œuvre. Spécialiste de Diderot, de l’Encyclopédie, elle le fut aussi de la presse du XVIIIe siècle, puis des études sur Condorcet et sur D’Alembert. C’est sa rigueur de mathématicienne, couplée au goût des beaux ouvrages, qui a contribué à poser les fondations des œuvres complètes de ces derniers.
Instigatrice de nombreux travaux collectifs, dont la publication des grandes correspondances (D’Alembert, Condorcet), elle fut à l’origine de certains colloques parmi les plus novateurs sur ses sujets ; furent publiés Le colloque international Diderot (1985), La matière et l’Homme dans l’Encyclopédie (1997). Outre le Voyage à Bourbonne, à Langres et autres récits de Diderot (1989) et son Autour du Neveu de Rameau de Diderot (1992), elle a publié L’Almanach anti-superstitieux de Condorcet (1993) et un très grand nombre d’études dix-huitiémistes, comme de contributions à la grande édition de Diderot, dite DPV, avec Jacques Chouillet. Trésorière de la Société française d’étude du XVIIIe siècle, puis de la Société internationale, plus de vingt-cinq ans directrice de RDE, elle a aimé faire se rencontrer les chercheurs et rendre possible des réalisations au long court, scellées par l’amitié et la fidélité.
Même si ces dernières années, son état de santé ne lui permettait plus la même activité, Anne-Marie Chouillet est aussi associée au projet ENCCRE. En effet, le colloque qu’elle avait conçu et organisé – qui s’est tenu à Jussieu en 2001 – avait pour titre L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel, (RDE, 2002). C’est de là que sont parties les réflexions, les critiques, les enthousiasmes, les déterminations multiples qui ont donné naissance à notre projet actuel. ENCCRE doit beaucoup à Anne-Marie qui avait su fédérer autour de l’Encyclopédie et de sa revue, autant de chercheurs, littéraires aussi bien que mathématiciens, de tous pays et de toutes générations. Merci, chère Anne-Marie !

Correspondance de D’Alembert 1741-1752

Vol_V-2_premiere_couverture_rSortie le 28 août 2015

Des mathématiques profondes, des conversations gaies et critiques, des batailles idéologiques autour de l’Encyclopédie : ce volume de correspondance montre D’Alembert à l’œuvre entre 1741 et 1752, autrement dit, entre son entrée à l’Académie royale des sciences et la première interdiction du grand ouvrage.

Présenté et annoté par les meilleurs spécialistes de ces domaines, le volume V/2 (2e volume de la série V) des Œuvres complètes de D’Alembert renouvelle en profondeur notre vision de l’œuvre et de l’activité du savant encyclopédiste. Plus généralement, c’est le quotidien de la pensée des Lumières qui prend vie : la marquise de Crequÿ trouvant une brochure d’Helvetius sur sa cheminée ; D’Alembert débordé par ses diverses tâches — épreuves à corriger, jésuites à bâtonner, jansénistes à fustiger ; lettres se croisant entre Paris et Genève, où son ami Cramer attend avec impatience aussi bien les réponses à ses remarques sur l’infini que la dernière version du Discours préliminaire de l’Encyclopédie, mais aussi entre Paris et Berlin, où se nouent les débats sur la théorie de la Lune et l’attraction newtonienne…

En ce volume se croisent Euler et Maupertuis, Voltaire et Diderot, Rameau et Rousseau, mais aussi des typographes, des académiciens distraits et des journalistes qu’il faut quereller. Cette correspondance est aussi le lieu où s’éclairent nombre de difficultés ardues — sur la théorie de la Lune, les calculs de la précession des équinoxes —, des questions d’hydrodynamique, de temps et d’espace, comme la complexité des débats ouverts par l’introduction et l’application des nombres imaginaires, de leurs logarithmes ou la représentation des fonctions par des séries.

On y rencontre aussi des salonnières parisiennes bien connues, comme Mme Du Deffand ou Mme Geoffrin, et d’autres qui pour l’être moins, n’en sont que plus attirantes : Mme de Crequÿ et Mlle Lemery, qui l’une et l’autre logent à deux pas du collège Mazarin, sur l’actuel quai Conti, où D’Alembert a fait ses études avant de retourner chez sa nourrice, rue Michel-le-Comte, se consacrer à la géométrie, à la musique… et aux sorties au théâtre.

Comment les espaces lointains de Genève et Berlin, que la poste n’atteint qu’en quelques jours voire plusieurs semaines, réagissent-ils à l’effervescence intellectuelle d’où vont surgir les premiers volumes de l’Encyclopédie ? Comment fonctionnent les rouages de l’Académie des sciences et comment D’Alembert prépare-t-il son entrée à l’Académie française ? Au moment où Voltaire se retrouve en porte-à-faux entre la cour de Prusse et celle de France, comment D’Alembert met-il en place sa relation privilégiée avec Frédéric II ? Pourquoi la théorie de la musique passionne-t-elle D’Alembert ? C’est en explicitant et en reliant les références, les allusions, les plaisanteries et les calculs que ce volume permet d’entendre, non seulement le bruit du siècle, mais d’en discerner les différentes harmoniques, d’en comprendre les enjeux et d’en suivre les évolutions.

Le volume a été organisé pour offrir une lecture rigoureuse et aisée, appuyée sur de nombreux outils éditoriaux et des analyses inédites de textes tout aussi inédits. L’index, par exemple, a été pensé à neuf, comme outil de navigation mais aussi de référence qui permet à tout public, amateur comme universitaire, d’y trouver son bonheur, satisfaire sa curiosité ou s’appuyer sur une solide documentation. La longue introduction, rédigée par les mêmes chercheurs que les notes, offre une vision d’ensemble aux annotations ponctuelles, ainsi qu’une cartographie du paysage scientifique et intellectuel du temps. Le travail collaboratif qui y a été mené, fruit des travaux du Groupe D’Alembert sur l’ensemble de l’œuvre publiée dans les autres séries, prend ici tout son sens. Il a permis de dater de nombreuses lettres qui ne l’étaient pas, d’en retrouver de nouvelles, d’enrichir en profondeur la compréhension des lettres et de leur environnement.

Après le volume V/1 d’Inventaire analytique, « raisonné », auraient dit les auteurs du Dictionnaire raisonné, ce volume ouvre la série de la correspondance annotée (1741-1783) où chaque volume possède sa couleur propre. Celle du V/2 est sans conteste la couleur de la jeunesse de D’Alembert, de ses grands traités scientifiques, de l’enthousiasme du début de la grande entreprise commune avec Diderot, et des premiers revers de l’Encyclopédie.

.

Envoi de l’Emile à D’Alembert

D’ALEMBERT figure sur une liste établie vers 1762 par Jean-Jacques ROUSSEAU pour envoi des exemplaires de l’Émile (document en vente chez Christie’s).

D’Alembert remercie Rousseau de cet envoi le 15 juin 1762 : c’est la lettre 62.12 de la Correspondance de D’Alembert : Inventaire analytique, en ligne :

http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

33 personnes figurent sur cette liste, avec leur adresse respective accompagnée parfois d’un commentaire.
En tête, « Madame la Mareschale » [de Luxembourg] à laquelle Rousseau destine 30 exemplaires. C’est chez elle, à Montmorency, qu’il sera averti de sa prochaine arrestation et d’où il s’enfuira pour Yverdon.
Parmi les noms qui suivent : Malesherbes, la comtesse de Boufflers (« rüe N. D. de Nazareth proche le Temple »), d’Alembert (« rue Michel-le-Comte »), Madame de Chenonceaux et Madame Dupin (« rüe Plastriére »), Watelet (« rue Charlot »), le mathématicien Clairaut (« je crois qu’il demeure rue de la verrerie mais je n’en suis pas sur ». « rue du Cocq » ajouté d’une autre main), la Condamine (« je crois qu’il demeure cul-de-sac du Cocq » « S. Thomas du Louvre »), la marquise de Créqui (« quai des 4 nations »), le peintre La Tour (« aux galleries du Louvre »), M. de Lalive d’Epinay (« rue St honoré vis à vis les Capucins »), MM de Voultaire (« rue Quincampoix »), M. de la Pouplinière [célèbre mécène et protecteur de Rousseau], M. de Mayran et M. de la Roche (« 20 – 8° et 10 in-12 »).
Rousseau a également noté

Détail de la liste d'envoi de l'Emile par Rousseau
Détail de la liste d’envoi de l’Emile par Rousseau

que « s’il y a quelqu’une des personnes sus-mentionnées qui ait changé de demeure, ou dont on ne la trouve pas on rapportera le livre et l’on m’en enverra note ».

D’Alembert, lettres nantaises

Rencontre « Nos collections à la loupe « , le 25 mars 2015, à 18h00, à la Médiathèque Espace Jacques Demy de Nantes, en partenariat avec l’association des Amis de la Bibliothèque:

« Des lettres de D’Alembert à Nantes ».  Présentation par Irène Passeron, chargée de recherche au CNRS :  Quelques pages manuscrites de D’Alembert sont conservées à Nantes, si on les regarde à la loupe, c’est le monde des Lumières qui s’anime devant nous. Mais que veulent dire ces quelques phrases mystérieuses, « me faire une injustice criante et absurde », « j’ai parlé aussi à M. Rousseau », « l’académie françoise s’est fait une loi, fondée sur de bonnes raisons, de ne point repondre aux questions sur lesquelles il y a un pari » ? Que nous révèle sur l’identité de l’académicien encyclopédiste, quelques mots, un cachet de cire rouge et un reçu de rente viagère de 1778 ?

Voir les manuscrits des lettres conservées à la BM de Nantes : http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

Voltaire, présentation par Gerhardt Stenger, maître de conférences en littérature française : la Bibliothèque possède dans le fonds Labouchère les Oeuvres de Voltaire en 26 volumes, dont plus de la moitié porte des annotations de la main de l’auteur.

24 Quai de la Fosse
44000 Nantes
Quartier : Centre-ville
02 40 41 95 95
http://bm.nantes.fr