Archives de catégorie : Séminaires, colloques & al.

Du mauvais usage des outils informatiques dans le domaine de la recherche littéraire et historique

L’article intitulé « The Use and Abuse of the Digital Humanities in the History of Ideas: How to Study the Encyclopédie » que Marie Leca-Tsiomis (Université Paris X Nanterre) vient de publier dans la revue History of European Ideas (4 mars 2013) nous alerte sur le mauvais usage qui peut être fait de l’informatique et des outils numériques dans le domaine de la recherche littéraire et historique et, plus particulièrement, de la recherche sur l’Encyclopédie. A lire de toute urgence !

L’article est consultable en version intégrale à l’adresse suivante : http://www.tandfonline.com/eprint/JHW539PsFVZI3baYcKUY/full

En voici le résumé :

New information technology can be an invaluable aid to research in the history of ideas provided it is built on scientific foundations. This article discusses the case of Diderot and D’Alembert’s Encyclopédie and analyses its use of earlier dictionaries (the Dictionnaire de Trévoux, Chambers’s Cyclopaedia and Moréri’s dictionary). It also shows how neglect of existing research in the history of ideas and ignorance of how these eighteenth-century European publications were elaborated, combined with inappropriate use of software for detecting plagiarism, have led to totally mistaken findings. These findings, widely publicised thanks to the Internet, constitute a real danger for future research. The article concludes that the intellectual community urgently needs to invest seriously in the digital humanities in order to safeguard future research.

Origami et le texte Femmes de Claude Simon

Affiche du colloque Claude Simon. Les Vies de l'Archive

Le logiciel de génétique textuelle Origami (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé), que nous présentions brièvement dans un précédent billet,se lance dans une nouvelle aventure : le corpus d’archives de Claude Simon, prix Nobel de littérature (1985).

Ce projet interdisciplinaire, porté et coordonné par Mireille Calle-Gruber (Université Sorbonne Nouvelle) rassemble Melina Balcázar et Hélène Campaignolle (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle), Florence Clavaud (École Nationale des Chartes), Isabelle Diu et Sophie Lesiewicz (Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet), ainsi que les co-concepteurs d’Origami, Vincent Barrellon (ingénieur de l’Ecole Centrale de Lyon), Olivier Ferret (Université Lyon 2) et Alexandre Guilbaud (UPMC, Institut des Mathématiques de Jussieu). Il doit notamment aboutir à l’adaptation du logiciel à ce corpus d’une très grande richesse. Les archives de Claude Simon, écrivain mais aussi photographe et peintre, sont en effet particulièrement polymorphes : elles comportent un vaste ensemble de plus de 10 000 feuillets comprenant des manuscrits (la plupart autographes), des tapuscrits annotés, des archives de famille (dont certaines remontent à la Révolution française et aux guerres napoléoniennes), mais aussi des inédits et des documents très divers (collages, dessins, photographies, cartes postales anciennes et albums, objets de collection).

Les premiers travaux de cette équipe, baptisée POLAR (pour « Poétique de l’archive: l’oeuvre de Claude Simon ») seront présentés le jeudi 28 février au matin (Sorbonne, salle Bourjac) dans le cadre du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive organisé par Mireille Calle-Gruber, Melina Balcàzar Moreno, Anaïs Frantz et Sarah-Anaïs Crevier-Goulet (Université Sorbonne Nouvelle) à l’occasion du centenaire (1913-2013) de la naissance de l’écrivain. Cette matinée sera l’occasion de faire état des premières avancées réalisées sur l’édition électronique du texte « Femmes » de Claude Simon, écrit pour accompagner vingt-trois peintures de Joan Miró qui seront réunies dans un livre-album publié chez Maeght, à Paris, en 1966.

Programme du colloque Claude Simon. Vies de l’archive (du 27 février au 1er mars 2013).

Lagrange 17 mai 2013

De D’Alembert à Lagrange, il n’y a qu’un pas (et beaucoup de lettres) :

SEMINAIRE D’HISTOIRE DES MATHEMATIQUES
DE L’INSTITUT HENRI POINCARE

11, rue Pierre et Marie Curie, Paris 5e

(vendredi, de 14 h à 18 h 30, en général dans l’amphi Darboux)

www.ihp.fr/seminaire/SHM

17 mai 2013 – journée entière.  Lagrange (1736-1813) : bilan historiographique et recherches récentes

(séance préparée par Christian Gilain)

9 h -10h30 : – Luigi Pepe (Université de Ferrare), « Les recherches sur la biographie de Lagrange »

– Jean Mawhin (Université de Louvain), « Calcul des variations et  mécanique analytique chez Lagrange, de Turin à Paris, via Berlin »

10 h 30 –11 h : Pause café

11 h  – 12 h 30 : – Jacques Laskar (Observatoire de Paris), « Lagrange et la stabilité du système solaire »

– Catherine Goldstein (Institut de mathématiques de Jussieu), « Lagrange et l’arithmétique : un bilan historiographique »

14 h -16h : – Marco Panza (IHPST), « La théorie des fonctions analytiques de   Lagrange : couronnement et déclin d’un programme fondationnel »

– Jean Delcourt (Archives Henri-Poincaré), « Lagrange et la géométrie : une théorie du contact »

– Jean-Luc Chabert (Université de Picardie), «  Lagrange et l’analyse  numérique des équations »

16 h –16 h 30 : Pause café

16 h 30 – 18 h 30 : Table ronde : « Lagrange et l’historiographie des mathématiques : XIXe siècle versus XVIIIe siècle ? », avec, outre les conférenciers,  Guillaume Jouve (Université d’Artois), Marie-José Durand-Richard (SPHERE), Maria Teresa Borgato (Université de Ferrare).

Séminaire Manufacture 8 février 2013 : Hisashi IDA

Séminaire Manufacture encyclopédique
Le vendredi 8 février 2013, à partir de 17H15 , séminaire1 organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (IMJ, CNRS) avec le soutien de la Société Diderot. Au programme de ce séminaire :

Hisashi IDA, professeur à l’Université Aoyama-Gakuin (Tokyo)

« les différentes utilisations de Chambers par D’Alembert »

Résumé : Tout le monde sait que le projet de l’Encyclopédie a débuté par une traduction des dictionnaires anglais de Chambers et Harris. Mais, chose étrange, une étude systématique sur les emprunts à Chambers est encore à attendre. C’est pourtant elle qui fournira une base solide aux recherches sur les origines de la fabrication de l’Encyclopédie. Elle est aussi indispensable pour attribuer à un auteur ses contributions personnelles. Dans la prochaine séance, nous nous proposons de dresser, autour de la traduction de la Cyclopædia, une typologie des emprunts tant de Chambers que d’autres ouvrages, faits par D’Alembert notamment dans ses articles de physique et de mécanique. Ce sera une occasion, bien que modeste, de démontrer la possibilité toujours ouverte des recherches de fond sur les « sources » de l’Encyclopédie.

Pour plus d’information sur D’Alembert voir http://dalembert.obspm.fr/

Crédits photographiques :  ‘diderot sandals’, auteur : dedree, licence cc

  1. Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse. Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.
    Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.
    Mais pourquoi un « séminaire » ?
    Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a œuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront. []

La Religieuse

Séance cinéma : au programme l’adaptation par G. Nicloux de La Religieuse (qui sera diffusé le 20 mars 2013)
Le site Zérodeconduite.net et le Cercle Gallimard de l’Enseignement vous proposent, en partenariat avec le Pacte Distribution, de contribuer à la conception des outils pédagogiques autour du film La Religieuse de G. Nicloux d’après Diderot.

En 2013 on célébrera le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (1713-1784). A cette occasion sortira sur les écrans (le 20 mars) une nouvelle adaptation cinématographique de son célèbre roman La Religieuse, réalisée par Guillaume Nicloux, avec dans les rôles principaux Pauline Étienne, Louise Bourgoin, Isabelle Huppert.

Nous proposons aux enseignants de Lettres de :
> Découvrir en avant-première exclusive le film La Religieuse, deux mois avant sa sortie (le dimanche 13 janvier à 10h)*
* Cette projection aura lieu au Cinéma des Cinéastes (Paris 17ème, M° Place de Clichy)
> Échanger avec le réalisateur Guillaume Nicloux à l’issue de la projection.
> Suggérer, s’ils le désirent, des pistes pédagogiques pour l’exploitation en classe et donner leur avis sur la conception du dossier pédagogique.

NB : Les échanges entre les enseignants et le réalisateur seront retranscrits et mis en ligne. Les enseignants autorisent la publication des propos qu’ils pourront tenir lors de cette rencontre.