Archives de catégorie : Séminaires, colloques & al.

Séminaire Manufacture 18 janvier 2013 : Irène Passeron

Séminaire Manufacture encyclopédie
Le vendredi 18 janvier 2013, à partir de 17H30 , séminaire1 organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (IMJ, CNRS) avec le soutien de la Société Diderot. Au programme de cette prochaine journée : Irène Passeron : « Faut-il arraisonner le Dictionnaire raisonné ? Remarques sur la classification »

Voir http://dalembert.obspm.fr/

Crédits photographiques :  ‘diderot sandals’, auteur : dedree, licence cc

  1. Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse. Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.
    Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.
    Mais pourquoi un « séminaire » ?
    Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a œuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront. []

Images en hydraulique

Vu sur le blog Interfaces/Livres anciens de l’université de Lyon :

La place des images dans les traités de physique

 

Barrier, Pauline. Étude du rapport image-texte dans les ouvrages d’hydraulique du fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Sciences de Grenoble, de 1588 à 1811. Mémoire de master 2009-2010.Disponible en ligne [consulté en janvier 2013]

D’Alembert parle-t-il italien ?

Les correspondances apprennent beaucoup de choses, à commencer par les langues pratiquées, même si le français est au dix-huitième siècle la langue d’échange dominante. On sait que D’Alembert, qui a fait ses études au collège des Quatre Nations (ou Mazarin, l’actuel Institut), puis quelques années de droit et peut-être de médecine, lit et écrit couramment le latin, donc l’italien ne doit pas lui poser problème! Avec ses correspondants italiens (voir la liste de ses correspondants), c’est presque toujours en français, mais ce n’est pas étonnant! Et si un de ses correspondants italiens lui écrit en latin, on a deux exemples de lettres en italien qui lui sont adressées et qu’il a eu l’air de comprendre sans problème. La dernière lettre citée ci-dessous est même encore plus précise, il le lit donc sans difficulté mais ne peut juger du style, c’est pour dire…

66.04 11 janvier 1766. Vincenzo Riccati à D’Alembert
• SOURCE : autogr., d.s., « Bologna », en italien, 4 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 193-194
• INCIPIT : « E qualche settimana che mi corre l’obbligo di… »
CONTENU : Discussion sur l’ouvrage de Condorcet [Du calcul intégral, 1765].

81.12 21 février 1781. CALANDRELLI à D’ALEMBERT
• SOURCE : autogr., d.s., « Roma », en italien, 8 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 25-28
• INCIPIT : « La vostra bontà in altra occasione da me esperimentata… »
CONTENU : Discussions sur les aspects mathématiques du t. VI des Opuscules. Mém. 51, §1, p. 362 : à propos des équations fonctionnelles. Mém. 46, remarque (a), p. 134 : au sujet de l’apparition des quantités imaginaires dans les intégrales. Mém. 46, remarque (b), p. 144 : comparaison à l’infini entre la variable et son logarithme. Mém. 46, appendice, p. 420 : suite des débats sur les logarithmes des quantités négatives, notamment à l’occasion d’un mém. de Pietro Paoli.

81.68 12 décembre 1781. D’ALEMBERT à un dramaturge italien
• SOURCE : autogr., d.s., « à Paris »
• LOCALISATION DU MS. : New York Morgan, Autogr. Misc. French
• INCIPIT : « Quoique j’aie reçu depuis quelque temps les deux tragédies… »
CONTENU : A reçu ses deux tragédies mais ses occupations de membre de l’Acad. sc. et de secrétaire de l’Acad. fr., et sa mauvaise santé ont différé sa rép. de plusieurs mois. Son italien ne lui permet pas de juger du style, mais lui croit des talents qu’il l’encourage à cultiver.

Comment D’Alembert a-t-il rencontré Grosley ?

D'Alembert à Grosley
D’Alembert écrit à Grosley (GROSLEY , Pierre-Jean, né à Troyes le 18 novembre 1718 et mort à Troyes le 4 novembre 1785). On sait pas mal de choses sur Grosley (par exemple, la très bonne notice du Dict. journalistes), rédacteur des Ephémérides troyennes, un peu moins sur ses rapports avec D’Alembert, mais quand même, la correspondance conservée est assez abondante ( 12 lettres de Grosley et 8 lettres à Grosley, voir l’Inventaire de la Correspondance de D’Alembert et son moteur de recherche), ce que l’on ignore, c’est :
Où D’Alembert et Grosley se sont-ils donc rencontrés ?
Quelques indices à venir…

D’Alembert et l’Encyclopédie

Un des objectifs du blog D’Alembert et l’Encyclopédie est de rendre public des informations inédites ou nouvelles sur D’Alembert et sur les sciences physico-mathématiques au XVIIIe siècle à partir de sources d’archives, de documents peu connus, et des recherches en cours.
Un second axe de travail concerne l’’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, sa « fabrication » au XVIIIe siècle, ses éditions numériques, les recherches qui y sont liées (études en cours, parutions, discussions)
Un autre axe est d’ouvrir les échanges sur les questions méthodologiques ouvertes par ces informations et leur édition en faisant le lien avec les informations contenues sur d’autres sites, en particulier celui des Œuvres complètes de D’Alembert (dalembert.obspm.fr), et l’actualité de la recherche, sur la correspondance, l’’Encyclopédie et l’édition numérique.