Archives de catégorie : Enigmes résolues

Envoi de l’Emile à D’Alembert

D’ALEMBERT figure sur une liste établie vers 1762 par Jean-Jacques ROUSSEAU pour envoi des exemplaires de l’Émile (document en vente chez Christie’s).

D’Alembert remercie Rousseau de cet envoi le 15 juin 1762 : c’est la lettre 62.12 de la Correspondance de D’Alembert : Inventaire analytique, en ligne :

http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

33 personnes figurent sur cette liste, avec leur adresse respective accompagnée parfois d’un commentaire.
En tête, « Madame la Mareschale » [de Luxembourg] à laquelle Rousseau destine 30 exemplaires. C’est chez elle, à Montmorency, qu’il sera averti de sa prochaine arrestation et d’où il s’enfuira pour Yverdon.
Parmi les noms qui suivent : Malesherbes, la comtesse de Boufflers (« rüe N. D. de Nazareth proche le Temple »), d’Alembert (« rue Michel-le-Comte »), Madame de Chenonceaux et Madame Dupin (« rüe Plastriére »), Watelet (« rue Charlot »), le mathématicien Clairaut (« je crois qu’il demeure rue de la verrerie mais je n’en suis pas sur ». « rue du Cocq » ajouté d’une autre main), la Condamine (« je crois qu’il demeure cul-de-sac du Cocq » « S. Thomas du Louvre »), la marquise de Créqui (« quai des 4 nations »), le peintre La Tour (« aux galleries du Louvre »), M. de Lalive d’Epinay (« rue St honoré vis à vis les Capucins »), MM de Voultaire (« rue Quincampoix »), M. de la Pouplinière [célèbre mécène et protecteur de Rousseau], M. de Mayran et M. de la Roche (« 20 – 8° et 10 in-12 »).
Rousseau a également noté

Détail de la liste d'envoi de l'Emile par Rousseau
Détail de la liste d’envoi de l’Emile par Rousseau

que « s’il y a quelqu’une des personnes sus-mentionnées qui ait changé de demeure, ou dont on ne la trouve pas on rapportera le livre et l’on m’en enverra note ».

D’Alembert est-il poète ?

Elite de poésies fugitives : Quatrain mis sous le buste du Maréchal de Saxe

D’Alembert est connu comme savant et encyclopédiste, plus précisément pour ses travaux comme mathématicien (l’équation des ondes, le théorème fondamental de l’algèbre…) comme mécanicien céleste (le problème des trois corps, la théorie de la Lune), et autres questions de mathématique mixte (appliquée, dirait-on aujourd’hui, son principe de dynamique, par exemple), comme auteur du Discours préliminaire de l’Encyclopédie, comme traducteur de Tacite et rédacteur d’Eloges, mais le connait-on comme poète ? Certainement pas, je dirais, tout au plus comme auteur de discours académiques sur la poésie et de quelques « Réflexions » parues dans ses Mélanges (voir le Répertoire alphabétique des ouvrages imprimés non scientifiques de D’Alembert) ou de façon posthume, et pourtant… un exemple, tiens : Quatrain mis sous le buste du Maréchal de Saxe; parus dans l’Elite de poésies fugitives, 1769.

Rome eut dans Fabius un Guerrier politique,

Dans Annibal Carthage eu un Chef héroïque;

La France plus heureuse, a dans ce fier Saxon,

La tête du premier, & le bras du second.

M. D’Alembert.

D’Alembert parle-t-il italien ?

Les correspondances apprennent beaucoup de choses, à commencer par les langues pratiquées, même si le français est au dix-huitième siècle la langue d’échange dominante. On sait que D’Alembert, qui a fait ses études au collège des Quatre Nations (ou Mazarin, l’actuel Institut), puis quelques années de droit et peut-être de médecine, lit et écrit couramment le latin, donc l’italien ne doit pas lui poser problème! Avec ses correspondants italiens (voir la liste de ses correspondants), c’est presque toujours en français, mais ce n’est pas étonnant! Et si un de ses correspondants italiens lui écrit en latin, on a deux exemples de lettres en italien qui lui sont adressées et qu’il a eu l’air de comprendre sans problème. La dernière lettre citée ci-dessous est même encore plus précise, il le lit donc sans difficulté mais ne peut juger du style, c’est pour dire…

66.04 11 janvier 1766. Vincenzo Riccati à D’Alembert
• SOURCE : autogr., d.s., « Bologna », en italien, 4 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 193-194
• INCIPIT : « E qualche settimana che mi corre l’obbligo di… »
CONTENU : Discussion sur l’ouvrage de Condorcet [Du calcul intégral, 1765].

81.12 21 février 1781. CALANDRELLI à D’ALEMBERT
• SOURCE : autogr., d.s., « Roma », en italien, 8 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 25-28
• INCIPIT : « La vostra bontà in altra occasione da me esperimentata… »
CONTENU : Discussions sur les aspects mathématiques du t. VI des Opuscules. Mém. 51, §1, p. 362 : à propos des équations fonctionnelles. Mém. 46, remarque (a), p. 134 : au sujet de l’apparition des quantités imaginaires dans les intégrales. Mém. 46, remarque (b), p. 144 : comparaison à l’infini entre la variable et son logarithme. Mém. 46, appendice, p. 420 : suite des débats sur les logarithmes des quantités négatives, notamment à l’occasion d’un mém. de Pietro Paoli.

81.68 12 décembre 1781. D’ALEMBERT à un dramaturge italien
• SOURCE : autogr., d.s., « à Paris »
• LOCALISATION DU MS. : New York Morgan, Autogr. Misc. French
• INCIPIT : « Quoique j’aie reçu depuis quelque temps les deux tragédies… »
CONTENU : A reçu ses deux tragédies mais ses occupations de membre de l’Acad. sc. et de secrétaire de l’Acad. fr., et sa mauvaise santé ont différé sa rép. de plusieurs mois. Son italien ne lui permet pas de juger du style, mais lui croit des talents qu’il l’encourage à cultiver.