Archives de catégorie : Les Œuvres complètes de D’Alembert

Actualités du Groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert

Workshop sur l’édition numérique à Göttingen les 8 et 9 janvier 2015

A Workshop on Electronic Editions will be held on January 8 (starting in the early afternoon) and 9 (ending not later than 5 pm) 2015, at Göttingen, under the auspices of the Academy of Sciences at Göttingen, and the Department for Special Collection and Conservation of Göttingen University Library, organized by Moritz Epple (Frankfurt), Helmut Rohlfing (Göttingen), and Norbert Schappacher (Strasbourg) on behalf of the Academy’s Kommission für Mathematiker-Nachlässe.

The aim of the workshop is to learn about, compare, and discuss basic questions of electronic editions. The focus will be on the specific interdisciplinarity necessary for, and often created by e-editions: between historians of science, librarians / archivists, and especially computer scientists. Problems related to the electronic editing of scientific correspondence will receive special attention in the discussions.

The backbone of the workshop consists of the presentations of four
electronic edition projects, always with particular emphasis on their
interdisciplinary routines: the Newton Project, the D’Alembert edition (ENCCRE), Blumenbach-online, and the Sommerfeld edition. Each presentation is scheduled for about 60 minutes, followed by a 40 minutes slot for discussion.

The workshop will convene in the Old Göttingen University Library,
Papendieck 14.

Pour le programme complet et plus d’informations pratiques, cliquez ici.

Parution : Etienne-François Dutour De Salvert (1711-1789) – Un physicien auvergnat du XVIIIe siècle

Dutour_de_Salvert_ouvrage_2014Un correspondant de l’Académie des sciences a-t-il publié des mémoires dans chacun des six premiers volumes des Mémoires des Sçavans étrangers (1750-74) ? Existe-t-il un fonds d’archives publiques conservant plus d’une centaine de lettres inconnues de ou à destination de Buffon, Lavoisier, Lalande, Monge, D’Alembert, Hauÿ, Nollet, Bézout, Guettard, et une correspondance suivie sur un demi-siècle avec les plus grands libraires-imprimeurs parisiens des Lumières ?

Comment étudier des petits cahiers cousus d’écrits scientifiques, datés à l’heure près, avec les conditions atmosphériques, et surchargés de paperoles collées ou épinglées, de minutes de lettres et de réponses de savants prestigieux commentant ces expériences ? Un Auvergnat, qui doute des tourbillons cartésiens et renâcle devant les mystères de l’attraction newtonienne, peut-il se donner des consignes en anglais ?

Si ces questions vous intéressent, faites la connaissance (à Bailleul, Avallon, Riom, Davayat, Salvert et Bellenave) d’Étienne Dutour de Salvert (1711-89), lauréat du prix sur l’aimant à l’Académie (1746), traducteur de Needham, de Jurin et de Symmer, minéralogiste à ses heures, adversaire des franklinistes en électricité, auteur d’expériences et de théories sur la vision, la rélexion, la réfraction, la diffraction, la capillarité, l’adhésion, la dissolution, la submersion, compatriote de Gilbert Romme et auteur d’une concordance entre les Évangiles.

Ouvrage publié sous la direction de Pierre Crépel, bibliothécaire de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon et de Jean Ehrard, ancien professeur à l’université de Clermont-Ferrand.

Pour accéder au livre sur le site des éditions de l’Harmattan, cliquez ici. Télécharger les première et quatrième de couverture en cliquant ici.

Bicentenaire de la mort de Charles Bossut (1730-1814), le samedi 13 septembre 2014 à Tartaras

La mairie de Tartaras, le Théâtre du Lozange, le groupe D’Alembert ont le plaisir de vous inviter au bicentenaire de la mort de Charles
Bossut, mathématicien né à Tartaras (Loire) en 1730 et décédé à Paris,  fondateur de l’hydrodynamique expérimentale, membre de l’Institut.

Cette manifestation, sous le patronage de l’Académie des sciences de  Paris et de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon,  se tiendra le samedi 13 septembre 2014 à 14 h 30, place Charles Bossut à Tartaras (près de l’église)

Contact : mairie, 2 rue Pierre Mussieux, 42800 Tartaras, 04 77 75 18 98

Programme :

– Le Théâtre du Lozange représentera une reconstitution de   l’inauguration de la statue de Bossut (7 juin 1932), où les   personnalités actuelles joueront le rôle de leurs homologues de
l’époque. La statue, exécutée par Georges Salendre était prête en 1914, pour le centenaire, mais la guerre et d’autres  circonstances familiales et financières ont retardé son érection.

– Une exposition, réalisée en 1994, avec Alain Coste, est visible dans
l’Espace du Châtelard, à côté de la mairie. Une plaquette est
disponible. D’autre part, un parcours encyclopédique dans le village
est proposé autour des 12 panneaux ci-joints.

– Un colloque sur Bossut aura lieu le vendredi 14 novembre, salle de
la mairie, une annonce avec le programme sera envoyée ultérieurement.

Accès :  Les gares les plus proches sont Givors-Ville et Rive-de-Gier (sur la ligne Lyon-St-Etienne). En cas de problème, nous contacter.

Atelier DigitHUm 2014, Travaux collectifs : visualisations et notices d’autorité

Ateler_DigitNum_2013

Le  jeudi 2 octobre 2014, 10h-18h, à l’Ecole normale supérieure de Paris

Entrée libre, merci de vous inscrire en envoyant un mail à marie-laure.massot@ens.fr

Cet Atelier DigitHUm 2014 s’inscrit dans le cadre des journées d’études sur les outils et projets innovants en « Digital Humanities » qui explore de nouvelles directions informatiques pour la valorisation et l’analyse du corpus D’Alembert. Marie-Laure Massot (CNRS, UMS 3610 CAPHÉS), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG, UMR 7586, et responsable de l’édition des Œuvres complètes de D’Alembert), et Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG, UMR 7586) ont souhaité mettre en place deux journées d’études par an sur ce sujet en plein essor et fortement interdisciplinaire (informatique, histoire, linguistique, philosophie, graphisme, etc.). Le Groupe D’Alembert y partage son expérience numérique (le projet « D’Alembert en toutes lettres », le cas d’étude D’Alembert à l’intérieur du projet américain Mapping the Republic of Letters, ou le projet international d’Edition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie – ENCCRE), avec des acteurs de projets innovants en humanités numériques.

Le premier Atelier DigitHUm 2013 « D’Alembert à l’heure du numérique, projets en cours, collaborations et perspectives » organisé par le CAPHÉS et soutenu par le Labex TransferS, le Comité D’Alembert de l’Académie des sciences et le CNRS (50 participants) a été le lieu de nombreux échanges. Nous souhaitons prolonger cette expérience et proposer un Atelier DigitHUm 2014 organisé autour de deux sujets : le problème de la visualisation et de l’exploitation cartographique d’un réseau de données à des fins d’édition et de recherche, et celui des modalités de mise en place et d’exploitation de notices biographiques fiables sur le web autour de la question : peut-on imaginer un processus de correction et de documentation collaborative des notices d’autorité ?

Pour consulter le programme de l’atelier, cliquez ici ProgrammeDigitHum20140911light.

Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert

Couverture Genesis 34L’intégralité du numéro 34 de la revue Genesis est à présent librement consultable à l’adresse http://genesis.revues.org/585.

Vous y trouverez en particulier  l’article « Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert » par Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud, et Irène Passeron, dont voici le résumé :

Les manuscrits de D’Alembert, correspondance, notes et brouillons ou écrits inédits et projets de rééditions, soulèvent la question de leur histoire et de leur statut dans son œuvre. Ils constituent une source riche et complexe : révélatrice de sa façon de travailler mais dont l’hétérogénéité doit être évaluée. Écrits « scientifiques » et « littéraires », zones compactes et facilement identifiables aussi bien que sous-groupes de manuscrits parsemés et lacunaires paraissent souvent inclassables. Nous rendons compte de ces « pleins et déliés », de leurs promesses et de leurs exigences à partir de trois cas : les manuscrits scientifiques de D’Alembert, témoins de l’évolution de son mode de rédaction et de publication ; les copies corrigées de ses articles de l’Encyclopédie, préparatoires à une réédition organisée du même type que celle entreprise dans ses Mélanges ; les versions manuscrites, enfin, de certains de ses Éloges, témoins singuliers de son économie d’écriture.