Archives de catégorie : Projet ENCCRE

Actualités du projet d’Edition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert

Séminaire « La Manufacture encyclopédique » : programme 2013-2014

Séminaire organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Université Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (CNRS, Institut de mathématiques de Jussieu), avec le concours de la Société Diderot, du comité D’Alembert de l’Académie des Sciences et de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586 du CNRS).

Le séminaire ouvert il y a deux ans poursuit ses travaux. Rappelons que le choix de son intitulé, « manufacture », renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien là ce qui nous intéresse. Sans qu’il faille sous-estimer les grands textes d’escorte, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leur lecture qui pourtant ne rend pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du  dictionnaire lui-même. Les recherches auxquelles le séminaire est ouvert portent donc, sans exclusive aucune, tant sur les sources que sur la réception de l’ouvrage, sur les branches du savoir que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours. Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et ceux qui ont œuvré, par des articles, des volumes, des colloques, ou journées d’étude, l’ont fait,  la plupart du temps, dans le strict domaine de leur compétence. Or l’Encyclopédie, par définition, est multiple et mérite la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (8 dans l’année) et aux débats qui s’y mènent.

Programme 2013-2014

Le séminaire a lieu à l’Institut de mathématiques de Jussieu, sur le campus Jussieu (4 place Jussieu, 75005 Paris ; métro Jussieu), barre 15-16, 4e étage.

* vendredi 18 octobre 2013 UPMC, salle 413, 17 h. Irène Passeron : « L’article Collège et l’affaire Tolomas ».

* samedi 9 novembre 2013, UPMC, salle 413, 10h30 : Tatsuo Hemmi (Université de Niigata, Paris Ouest-Nanterre) : « La formation médicale de Diderot : Daniel Le Clerc ».

* vendredi 22 novembre 2013, UPMC, salle 413, 17h. Emmanuel Boussuge et Françoise Launay (Observatoire de Paris, SYRTE) : « D’Amilaville et l’Encyclopédie ».

* Jeudi 19 décembre 2013, UPMC, salle 417, 17 h. Jean-Pierre Schandeler (CNRS, IRCL) : « Éditer le ‘Discours préliminaire’ de l’Encyclopédie ».

* Vendredi 10 Janvier 2014, UPMC, salle 413, 17 h. Christophe Schmit (CNRS, SYRTE) : « Les articles de mécanique de l’Encyclopédie ».

* Jeudi 13 février 2014, UPMC, salle 413, 17 h. Stéphane Pujol (Université Paris-Ouest Nanterre) : « La Morale dans l’Encyclopédie ».

* Vendredi 28 mars 2014, UPMC, salle 413, 17h. Thomas Morel (Technische Universität, Berlin) : « Entre curiosité et dédain : la géométrie souterraine dans l’Encyclopédie ».

* Vendredi 16 mai 2014, 17h : Alain Cernuschi (Université de Lausanne), « l’ABC de l’Encyclopédie d’Yverdon ».

Atelier DigitHum 2013 : « D’Alembert à l’heure du numérique », projets en cours, collaborations et perspectives, le mercredi 2 octobre 2013 à l’Observatoire de Paris

Ateler_DigitNum_2013L’Atelier D’Alembert et les « Digital Humanities » vous invite à participer à la journée d’étude et de présentation qui se tiendra le mercredi 2 octobre 2013 à l’Observatoire de Paris, dans la salle du conseil du bâtiment Perrault :  « D’Alembert à l’heure du numérique : projets en cours, collaborations et perspectives ». Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un projet de journées d’études sur les nouveaux outils et les projets innovants en « Digital Humanities » : quelles directions informatiques pour la valorisation et l’analyse des corpus ?

Ouvert à tous, l’atelier débutera par une présentation du projet Cultures of Knowledge d’EMLO, puis des projets numériques en cours de développement du Groupe D’Alembert (ORIGAMI et ENCCRE). L’atelier accueillera l’après-midi des présentations des responsables du projet Mapping the Republic of Letters de Stanford,  du projet hollandais Circulation of knowledge, de l’édition des correspondances d’Ampère et d’Euler, puis se conclura par une discussion ouverte sur le rôle des différents intervenants dans un projet en humanités numériques.

Téléchargez le programme de l’atelier.

Entrée libre, merci de vous inscrire en envoyant un mail à marie-laure.massot@ens.fr.

Cet atelier est organisé par Marie-Laure Massot[1], Irène Passeron[2] et Alexandre Guilbaud[3], qui souhaiteraient mettre en place une ou deux journées d’études par an sur ce sujet en plein essor et faire se rencontrer et dialoguer chercheurs en informatique, historiens, linguistes, philosophes, graphistes, etc. Montrer que ce dialogue peut aboutir à de nouveaux outils de recherche et de nouveaux sujets pour chacun des protagonistes, sera le credo de ces journées soutenues par le labex Transfers, le Comité D’Alembert de l’Académie des sciences, le CNRS, l’Institut de mathématiques de Jussieu et l’Observatoire de Paris.

[1] Ingénieur d’études CNRS en base de données, USR 3308 Cirphles (CAPHÉS), marie-laure.massot@ens.fr.
[2] Chercheur CNRS en histoire des mathématiques, membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586) et responsable de l’édition des Œuvres complètes de D’Alembert, irene.passeron@obspm.fr.
[3] Maître de conférences en histoire des mathématiques à l’UPMC et membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586), guilbaud@math.jussieu.fr.

Colloque « Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation »

Affiche_colloque_Chantier_des_lumieresColloque international organisé à l’Université Paris VII – Denis Diderot les jeudi et vendredi 28 et 29 mars (Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris, 9h30-17h30).

Organisateurs : Pierre Chartier, Florence Lotterie (Université Paris Diderot) et Marie Leca-Tsiomis (CSLF).

Les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou des textes d’escorte, datent de la seconde moitié du XXe siècle. « Il faut entrer dans la forteresse ! » écrivait Jacques Proust en 1970. De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre, des réseaux savants, des dictionnaires.
Où en sommes-nous aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par les outils électroniques ?
De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Pour télécharger le programme, cliquez ici.

Du mauvais usage des outils informatiques dans le domaine de la recherche littéraire et historique

L’article intitulé « The Use and Abuse of the Digital Humanities in the History of Ideas: How to Study the Encyclopédie » que Marie Leca-Tsiomis (Université Paris X Nanterre) vient de publier dans la revue History of European Ideas (4 mars 2013) nous alerte sur le mauvais usage qui peut être fait de l’informatique et des outils numériques dans le domaine de la recherche littéraire et historique et, plus particulièrement, de la recherche sur l’Encyclopédie. A lire de toute urgence !

L’article est consultable en version intégrale à l’adresse suivante : http://www.tandfonline.com/eprint/JHW539PsFVZI3baYcKUY/full

En voici le résumé :

New information technology can be an invaluable aid to research in the history of ideas provided it is built on scientific foundations. This article discusses the case of Diderot and D’Alembert’s Encyclopédie and analyses its use of earlier dictionaries (the Dictionnaire de Trévoux, Chambers’s Cyclopaedia and Moréri’s dictionary). It also shows how neglect of existing research in the history of ideas and ignorance of how these eighteenth-century European publications were elaborated, combined with inappropriate use of software for detecting plagiarism, have led to totally mistaken findings. These findings, widely publicised thanks to the Internet, constitute a real danger for future research. The article concludes that the intellectual community urgently needs to invest seriously in the digital humanities in order to safeguard future research.