Avis de recherche de lettres de D’Alembert

Ces lettres, dont le contenu nous est partiellement ou même totalement inconnu sont passées en vente sans que nous sachions où elles sont aujourd’hui : toute nouvelle information serait un apport à la recherche!

2 octobre 1746 d’Euler à D’Alembert, passée en vente Cat. vente Charavay, post 1885 (46.12)

28 octobre 1746 D’Alembert à d’Herten, passée en vente Cat. vente Charavay, 1992 (46.13)

11 juillet 1749 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. venteDrouot, post 1948 (49.06)

9 janvier 1750 D’Alembert à Gabriel Cramer (le mathématicien), passée en vente Cat. vente Christie’s 2004 (50.02)

27 novembre 1751 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Drouot, 1961 (51.18)

non datée [c. 10 janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, mars 1960 (53.01)

non datée [fin janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, février 1961 (53.07)

13 septembre 1753 D’Alembert à la Mme de Ménilglaise, passée en vente Cat. vente Charavay 11 avril 1876 (53.16)

10 mars 1756 à ?, passée en vente Cat. vente Charavay mars 1917 (56.07)

Lettres de D’Alembert à retrouver (sur la période 1741-1756), chez un particulier, dans une bibliothèque ? Les références sont celles de l’Inventaire analytique de la correspondance, I. Passeron, AM Chouillet, JD Candaux, CNRS Editions, 2009, interrogeable en ligne : pour plus de détail sur le peu que nous savons de ces lettres.

contact : Irène Passeron

Le logiciel ORIGAMI et l’édition des Eloges de D’Alembert.

Le projet ORIGAMI est né des difficultés rencontrées pour l’édition, dans le cadre des Œuvres complètes de D’Alembert, des éloges que ce dernier rédige lorsqu’il devient secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1772 (l’édition de ces éloges, prévus pour être publiés dans les volumes IV/7 à IV/9 de la série IV des Œuvres complètes de D’Alembert, est placée sous la responsabilité d’Olivier Ferret) .

L’existence d’une ou plusieurs versions manuscrites pour une bonne part de ces éloges, de même que la nature et l’ampleur des remaniements que l’on peut y observer, en compliquent en effet grandement l’édition au format papier. Elle nécessitent donc d’avoir recours à l’édition électronique, et le justifient même dans la mesure où, comme l’a montré Olivier Ferret pour l’Eloge de Bossuet, l’étude des variantes entre ces différentes versions permet de non seulement de reconstituer le processus de genèse du texte et, ce faisant, certaines pratiques d’écriture de D’Alembert (tel que le recours au copier-coller), mais aussi de circonscrire certaines tendances, sur la base des corrections apportées par l’auteur, à modifier la charge critique de son texte, par accentuation ou atténuation (voir O. Ferret, « Les “réflexions philosophiques” dans les éloges académiques de D’Alembert : le cas de l’Éloge de Bossuet », dans Pierre Crépel et Luigi Pepe (dir.), D’Alembert i Lumi, l’Europa / D’Alembert, les Lumières et l’Europe, Actes du colloque de Trente (2006), Bollettino di storia delle scienze matematiche, vol. XXVIII, 2008, fasc. 2, p. 255-272).

Il s’agissait donc de concevoir un outil d’édition numérique permettant à la fois de consulter toutes les versions (manuscrites et imprimées) de chaque éloge, mais aussi d’imaginer de nouveaux modes de parcours et de visualisation capables de rendre compte de son processus de genèse et de mettre en valeur les caractéristiques que les recherches d’Olivier Ferret ont permis de mettre au jour pour l’Eloge de Bossuet.

Issu d’un travail conduit (et toujours en cours) d’Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud et Vincent Barrellon, le prototype appelé ORIGAMI (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé) rend possible, à partir de la chronologie des avant-textes dont on dispose, la reconstitution de la genèse d’un imprimé à partir du relevé des variantes qui résultent des modifications successivement apportées à ses versions manuscrites : corrections apportées au texte, déplacements de portions d’un manuscrit à l’autre, ces cas n’étant pas exclusifs. Toutes les versions manuscrites et imprimées connues d’un texte peuvent être incluses dans le logiciel, ce qui vaut ici pour les manuscrits vaut évidemment pour les imprimés.

ORIGAMI a pour double objectif de présenter les possibilités généralement offertes par les éditions électroniques « classiques » tout en rendant aussi lisibles les modifications constituant l’« épaisseur » du texte grâce à plusieurs modes originaux et innovants de visualisation des données. Outre un moteur de recherche, prévu pour permettre l’interrogation de l’ensemble de la masse textuelle qu’il contient (recherches sur tous les textes, dans toutes leurs versions, y compris dans les parties qui ont été biffées, ou, au contraire, restreintes à un texte, voire à certaines seulement des versions de ce texte), trois grandes fonctionnalités fondamentales ont été développées, qui correspondent à trois types de parcours possibles définis comme trois modalités de navigation, horizontale, verticale et en profondeur :

  • La navigation horizontale permet de mettre en regard l’image numérisée des différents folios manuscrits avec leur transcription.
  • La navigation verticale permet la lecture du texte dans son déroulement, de haut en bas, de l’ensemble des versions connues.
  • La navigation en profondeur, restreinte à une unité textuelle pertinente (au sens de fragment d’une version du texte, considéré en relation avec le support matériel qui la contient ; pour l’instant, le paragraphe ou le folio, d’autres échelles devant prochainement être mises à l’étude), rend compte de l’« épaisseur » du texte selon deux modes de consultation : 1° la visualisation des corrections à l’échelon local (l’unité textuelle) ; 2° le passage d’une version textuelle à une autre à l’échelon global. Le premier permet de faire évoluer sous ses yeux le texte et de visualiser, selon leur étagement, les corrections apportées d’un état à l’autre d’une unité textuelle. Une fois parvenu au dernier état de l’unité textuelle consultée, le second mode de parcours permet de passer à la version textuelle suivante et d’identifier les passages du texte déplacés et/ou modifiés par le moyen d’un système de calques, fondé sur un jeu de couleurs et la mise en regard  des portions du texte correspondantes dans les deux versions textuelles concernées.

Il devient ainsi possible de visualiser dynamiquement et, ce faisant, de comprendre le mode de constitution progressive de chaque version textuelle ; à l’inverse, ORIGAMI permet aussi, à partir d’une version textuelle quelconque du texte, de remonter le fil de l’histoire de chacun des fragments qui la constituent.

Quoique parfaitement fonctionnel, le prototype ORIGAMI ne constitue cependant qu’une première version d’un outil d’édition électronique qu’il convient de faire évoluer afin d’être en mesure de traiter et de rendre compte de processus d’écriture plus complexes ainsi que de matériaux manuscrits plus lacunaires que ceux dont nous disposons pour l’Eloge de Bossuet. Tel est par exemple le cas de l’Eloge de Fléchier et de l’Eloge de Houtteville, pour lesquels une nouvelle version d’ORIGAMI, baptisée ORIGAMI Carta a récemment été conçue mais attend encore de pouvoir être développée…

Quelques visualisations

Visualisons cela sur quelques copies d’écran de l’édition, via ORIGAMI, de l’Eloge de Bossuet (notons que le logiciel ORIGAMI, actuellement en ligne sur l’Intranet du site du groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert, ne peut actuellement être présenté en accès libre compte tenu du fait que nous ne disposons pas des droits de reproduction des manuscrits de l’Eloge, conservés à la Bibliothèque de l’Institut, à Paris).

L’Eloge de Bossuet

Rappelons, au préalable, que la publication de l’Éloge de Bossuet, lu par D’Alembert à l’Académie française le 15 mai 1775, intervient en deux temps : le texte de l’éloge paraît 1779 dans les Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française (Eloge de Bossuet, Paris, Panckoucke et Moutard, 1779, p. 133-174) ; les notes de D’Alembert sur cet éloge paraissent quant à elles de manière posthume, en 1787, dans l’Histoire des membres de l’Académie française (Paris, Panckoucke, 1787, « Notes sur l’Eloge de Bossuet », t. II, p. 221-294). Il existe par ailleurs deux versions manuscrites de cet éloge, conservées à la Bibliothèque de l’Institut (MS 2473, f. 154r-202v ; f. 203r-243r). Ces deux versions (que nous appellerons manuscrit 1 et manuscrit 2) correspondent respectivement à des textes de deux copistes différents sur chacun desquels D’Alembert apporte des corrections autographes (biffures, ajout, déplacement de fragments de textes, etc.).

Du point de vue de la chronologie de ces avant-textes, on observe d’une part une parfaite continuité entre les deux manuscrits (les corrections de D’Alembert sur le premier sont intégralement prises en compte dans le texte du copiste du second manuscrit). On observe, d’autre part, l’apparition sur le manuscrit 2 d’une section intitulée « Notes sur l’article de Bossuet » distincte du texte de l’éloge (et cohérente avec ce qu’on vient de remarquer pour l’imprimé), ainsi qu’un certain nombres de discontinuités entre le texte de cette seconde version et l’imprimé. Ces discontinuités (modifications ponctuelles ; apparition et, plus rarement, disparition de certains passages dans l’imprimé) indiquent la présence d’un chaînon manquant correspondant à un ou plusieurs manuscrits (dont celui transmis à l’imprimeur).

Copie d’écran 1, 2 et 3 – Navigation en profondeur : visualisation à l’échelon local (l’unité textuelle, ici le paragraphe) des corrections autographes de D’Alembert sur une note de la section « Notes sur l’article de Bossuet » du manuscrit 2 (Éloge de Bossuet, MS 2473, f. 253r-254r, §53). Les trois copies d’écran donnent successivement la transcription du texte à l’état 0 (texte du copiste sans correction autographe), à l’état 0,5 (état permettant de visualiser les modifications apportées entre l’état 0 et l’état 1) et à l’état 1 (état du texte après l’intégration du premier niveau de corrections). Code de couleurs : en bleu, les mots ou expressions biffés et non remplacés ; en rouge, les mots ou expressions biffés et remplacés par un texte ; en vert, la mention « [Insertion] » indique la présence d’un ajout. Seuls les passages en rouge et en vert sont cliquables pour qu’apparaisse le texte ajouté.

Eloge de Bossuet, manuscrit 2, § 53, état 0.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 0,5.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 1.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copie d’écran 4 – Navigation en profondeur : passage d’une version textuelle à la suivante. Les calques permettent de visualiser le devenir d’un paragraphe entre le manuscrit 2 (fenêtre de gauche) et l’imprimé (fenêtre de droite). Dans le texte présentement transcrit du manuscrit 2 (Éloge de Charles Boileau, MS 2473, f. 153dr-153ev), les différentes portions reprises ou déplacées apparaissent en couleur ; les portions du texte surlignées en blanc n’ont pas d’équivalent dans l’imprimé. À la droite du texte transcrit, dans les couleurs correspondantes, le lien indique l’endroit où se trouvent les fragments dans la version suivante : ici, pour le fragment en jaune, la fin de la partie texte de l’Eloge.

Eloge de Bossuet, mise en regard du § 54 du manuscrit 2 avec son devenir dans l’imprimé.

 

 

Ce que les robots ménagers doivent à D’Alembert

Le « Principe de D’Alembert »

Tel que le définit Condorcet dans son « Eloge de D’Alembert » en 1783, (éd. de 1847):

Dans la science du mouvement, il faut distinguer deux sortes de principes : les uns sont des vérités de pure définition, les autres sont ou des faits donnés par l’observation, ou des lois générales déduites de la nature des corps considérés comme impénétrables, indifférents au mouvement, et susceptibles d’en recevoir. De ces derniers principes, celui de la décomposition des forces était le seul vraiment général qui fût connu jusqu’alors ; et joint à ces vérités de définition, sur lesquelles Huyghens et Newton n’avaient rien laissé à découvrir, il avait suffi pour établir leurs sublimes théories, et pour résoudre ces problèmes de statique, si célèbres dans le commencement de ce siècle. Mais si les corps ont une forme finie, si on les imagine liés entre eux par des fils flexibles, ou par des verges inflexibles, et qu’on les suppose en mouvement, alors ces principes ne suffisent plus, et il fallait en inventer un nouveau ; M. D’Alembert le découvrit, et il n’avait que vingt-six ans [1743] : ce principe consiste à établir l’égalité, à chaque instant, entre les changements que le mouvement du corps a éprouvés et les forces qui ont été employées à les produire, ou, en d’autres termes, à séparer en deux parties l’action des forces motrices, à considérer l’une comme produisant seule le mouvement du corps dans le second instant, et l’autre comme employée à détruire celui qu’il avait dans le premier. Ce principe si simple, qui réduisait à la considération de l’équilibre toutes les lois du mouvement, a été l’époque d’une grande révolution dans les sciences physico-mathématiques. A la vérité, plusieurs des problèmes résolus dans le traité de Dynamique l’avaient déjà été par des méthodes particulières ; différentes en apparence pour chaque problème, elles n’étaient sans doute réellement qu’une seule et même méthode ; sans doute elles renfermaient le principe général qui y était caché, mais personne n’avait pu l’y découvrir ; et si on refusait, sous ce prétexte, à M. D’Alembert la juste admiration qu’il mérite, on pourrait, avec autant de raison, faire honneur à Huyghens des découvertes de Newton, et accorder à Wallis la gloire que Leibnitz et Newton se sont disputée.

On peut en donner de nombreuses versions « équivalentes », par exemple dans l’article en ligne de P. Fullsack (2012):

Pour d’Alembert, les différentes parties d’un système interagissent par des liaisons qui ‘maintiennent’ les parties au bon endroit. Plus précisément, D’Alembert ne se contente pas de soustraire les forces du membre de droite; il dégage une méthodologie pour calculer le mouvement des corps en utiisant le principe des travaux virtuels. La clé est que les forces de liaisons ne fournissent aucun travail, ce qui est l’expression duale du principe de d’Alembert. Cette image vaut universellement. Quand les liaisons mécaniques soient réalisées par des barres, des joints, articulations de toutes sortes, on obtient un puissant moyen de calcul. Il n’est donc pas anodin de constater que le plus grand champ d’application du principe de D’Alembert est la robotique. Les bras qui dirigent les scanners médicaux, ceux qui dirigent la boisson d’une personne tétraplégique sous le seul contrôle de sa pensée, les véhicules d’exploration de la lune ou de mars, les drones, télémanipulateurs, robots ménagers japonais etc sont tous redevables à D’Alembert.

Mais on peut aussi revenir à la source et lire C. Schmit pour comprendre le contexte d’énonciation du « Principe de D’Alembert » original dans son Traité de dynamique de 1743, ses différentes forces et faiblesses, l’importance et la complexité de sa postérité :

 

Lagrange 17 mai 2013

De D’Alembert à Lagrange, il n’y a qu’un pas (et beaucoup de lettres) :

SEMINAIRE D’HISTOIRE DES MATHEMATIQUES
DE L’INSTITUT HENRI POINCARE

11, rue Pierre et Marie Curie, Paris 5e

(vendredi, de 14 h à 18 h 30, en général dans l’amphi Darboux)

www.ihp.fr/seminaire/SHM

17 mai 2013 – journée entière.  Lagrange (1736-1813) : bilan historiographique et recherches récentes

(séance préparée par Christian Gilain)

9 h -10h30 : – Luigi Pepe (Université de Ferrare), « Les recherches sur la biographie de Lagrange »

– Jean Mawhin (Université de Louvain), « Calcul des variations et  mécanique analytique chez Lagrange, de Turin à Paris, via Berlin »

10 h 30 –11 h : Pause café

11 h  – 12 h 30 : – Jacques Laskar (Observatoire de Paris), « Lagrange et la stabilité du système solaire »

– Catherine Goldstein (Institut de mathématiques de Jussieu), « Lagrange et l’arithmétique : un bilan historiographique »

14 h -16h : – Marco Panza (IHPST), « La théorie des fonctions analytiques de   Lagrange : couronnement et déclin d’un programme fondationnel »

– Jean Delcourt (Archives Henri-Poincaré), « Lagrange et la géométrie : une théorie du contact »

– Jean-Luc Chabert (Université de Picardie), «  Lagrange et l’analyse  numérique des équations »

16 h –16 h 30 : Pause café

16 h 30 – 18 h 30 : Table ronde : « Lagrange et l’historiographie des mathématiques : XIXe siècle versus XVIIIe siècle ? », avec, outre les conférenciers,  Guillaume Jouve (Université d’Artois), Marie-José Durand-Richard (SPHERE), Maria Teresa Borgato (Université de Ferrare).