Atelier DigitHUm 2014, Travaux collectifs : visualisations et notices d’autorité

Ateler_DigitNum_2013

Le  jeudi 2 octobre 2014, 10h-18h, à l’Ecole normale supérieure de Paris

Entrée libre, merci de vous inscrire en envoyant un mail à marie-laure.massot@ens.fr

Cet Atelier DigitHUm 2014 s’inscrit dans le cadre des journées d’études sur les outils et projets innovants en « Digital Humanities » qui explore de nouvelles directions informatiques pour la valorisation et l’analyse du corpus D’Alembert. Marie-Laure Massot (CNRS, UMS 3610 CAPHÉS), Irène Passeron (CNRS, IMJ-PRG, UMR 7586, et responsable de l’édition des Œuvres complètes de D’Alembert), et Alexandre Guilbaud (UPMC, IMJ-PRG, UMR 7586) ont souhaité mettre en place deux journées d’études par an sur ce sujet en plein essor et fortement interdisciplinaire (informatique, histoire, linguistique, philosophie, graphisme, etc.). Le Groupe D’Alembert y partage son expérience numérique (le projet « D’Alembert en toutes lettres », le cas d’étude D’Alembert à l’intérieur du projet américain Mapping the Republic of Letters, ou le projet international d’Edition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie – ENCCRE), avec des acteurs de projets innovants en humanités numériques.

Le premier Atelier DigitHUm 2013 « D’Alembert à l’heure du numérique, projets en cours, collaborations et perspectives » organisé par le CAPHÉS et soutenu par le Labex TransferS, le Comité D’Alembert de l’Académie des sciences et le CNRS (50 participants) a été le lieu de nombreux échanges. Nous souhaitons prolonger cette expérience et proposer un Atelier DigitHUm 2014 organisé autour de deux sujets : le problème de la visualisation et de l’exploitation cartographique d’un réseau de données à des fins d’édition et de recherche, et celui des modalités de mise en place et d’exploitation de notices biographiques fiables sur le web autour de la question : peut-on imaginer un processus de correction et de documentation collaborative des notices d’autorité ?

Pour consulter le programme de l’atelier, cliquez ici ProgrammeDigitHum20140911light.

Cartographie de la correspondance de D’Alembert

Éditer rigoureusement tout D’Alembert (1717 – 1783), philosophe, scientifique, correspondant d’Euler, de Lagrange, mais aussi de Voltaire et de Frédéric II, coéditeur de l’Encyclopédie, polémiste, secrétaire perpétuel de l’Académie française, telle est l’entreprise du Groupe D’Alembert depuis plusieurs années (soutenue par l’Académie des sciences). Avec l’outil numérique, il entend faire porter sa réflexion critique sur et via les visualisations, en particulier cartographiques et, ainsi, fédérer des collaborations autour de son projet.

Le projet D’Alembert en cartes est le fruit d’une collaboration entre l’ENS (CAPHÉS-UMS 3610), l’Institut Mathématique de Jussieu (IMJ-PRG, UMR 7586) et le labex TranferS, qui mettent leurs compétences en commun pour la valorisation numérique du corpus de la correspondance de D’Alembert, homme de sciences et encyclopédiste des Lumières. Ce projet vise non seulement à rendre plus lisible le réseau épistolaire, mais aussi, à terme, à suivre une thématique, une controverse, ou la naissance et la diffusion d’un concept.

Ce poster, réalisé par Julien Cavero (cartographe du labex TransferS de l’ENS) avec le logiciel ArcGIS (logiciel d’information géographique) est exposé à l’ENS Paris dans le cadre de l’exposition La Science en cartes, nuit des sciences 2014 .

Auteurs : I. Passeron, A. Guilbaud (IMJ-PRG) ; ML Massot (CAPHES) et  J. Cavero (labex TransferS)
Auteurs : I. Passeron, A. Guilbaud (IMJ-PRG) ; ML Massot (CAPHES) et J. Cavero (labex TransferS)

Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert

Couverture Genesis 34L’intégralité du numéro 34 de la revue Genesis est à présent librement consultable à l’adresse http://genesis.revues.org/585.

Vous y trouverez en particulier  l’article « Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert » par Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud, et Irène Passeron, dont voici le résumé :

Les manuscrits de D’Alembert, correspondance, notes et brouillons ou écrits inédits et projets de rééditions, soulèvent la question de leur histoire et de leur statut dans son œuvre. Ils constituent une source riche et complexe : révélatrice de sa façon de travailler mais dont l’hétérogénéité doit être évaluée. Écrits « scientifiques » et « littéraires », zones compactes et facilement identifiables aussi bien que sous-groupes de manuscrits parsemés et lacunaires paraissent souvent inclassables. Nous rendons compte de ces « pleins et déliés », de leurs promesses et de leurs exigences à partir de trois cas : les manuscrits scientifiques de D’Alembert, témoins de l’évolution de son mode de rédaction et de publication ; les copies corrigées de ses articles de l’Encyclopédie, préparatoires à une réédition organisée du même type que celle entreprise dans ses Mélanges ; les versions manuscrites, enfin, de certains de ses Éloges, témoins singuliers de son économie d’écriture.