Colloque « Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation »

Affiche_colloque_Chantier_des_lumieresColloque international organisé à l’Université Paris VII – Denis Diderot les jeudi et vendredi 28 et 29 mars (Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris, 9h30-17h30).

Organisateurs : Pierre Chartier, Florence Lotterie (Université Paris Diderot) et Marie Leca-Tsiomis (CSLF).

Les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou des textes d’escorte, datent de la seconde moitié du XXe siècle. « Il faut entrer dans la forteresse ! » écrivait Jacques Proust en 1970. De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre, des réseaux savants, des dictionnaires.
Où en sommes-nous aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par les outils électroniques ?
De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Pour télécharger le programme, cliquez ici.

Du mauvais usage des outils informatiques dans le domaine de la recherche littéraire et historique

L’article intitulé « The Use and Abuse of the Digital Humanities in the History of Ideas: How to Study the Encyclopédie » que Marie Leca-Tsiomis (Université Paris X Nanterre) vient de publier dans la revue History of European Ideas (4 mars 2013) nous alerte sur le mauvais usage qui peut être fait de l’informatique et des outils numériques dans le domaine de la recherche littéraire et historique et, plus particulièrement, de la recherche sur l’Encyclopédie. A lire de toute urgence !

L’article est consultable en version intégrale à l’adresse suivante : http://www.tandfonline.com/eprint/JHW539PsFVZI3baYcKUY/full

En voici le résumé :

New information technology can be an invaluable aid to research in the history of ideas provided it is built on scientific foundations. This article discusses the case of Diderot and D’Alembert’s Encyclopédie and analyses its use of earlier dictionaries (the Dictionnaire de Trévoux, Chambers’s Cyclopaedia and Moréri’s dictionary). It also shows how neglect of existing research in the history of ideas and ignorance of how these eighteenth-century European publications were elaborated, combined with inappropriate use of software for detecting plagiarism, have led to totally mistaken findings. These findings, widely publicised thanks to the Internet, constitute a real danger for future research. The article concludes that the intellectual community urgently needs to invest seriously in the digital humanities in order to safeguard future research.

Origami et le texte Femmes de Claude Simon

Affiche du colloque Claude Simon. Les Vies de l'Archive

Le logiciel de génétique textuelle Origami (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé), que nous présentions brièvement dans un précédent billet,se lance dans une nouvelle aventure : le corpus d’archives de Claude Simon, prix Nobel de littérature (1985).

Ce projet interdisciplinaire, porté et coordonné par Mireille Calle-Gruber (Université Sorbonne Nouvelle) rassemble Melina Balcázar et Hélène Campaignolle (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle), Florence Clavaud (École Nationale des Chartes), Isabelle Diu et Sophie Lesiewicz (Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet), ainsi que les co-concepteurs d’Origami, Vincent Barrellon (ingénieur de l’Ecole Centrale de Lyon), Olivier Ferret (Université Lyon 2) et Alexandre Guilbaud (UPMC, Institut des Mathématiques de Jussieu). Il doit notamment aboutir à l’adaptation du logiciel à ce corpus d’une très grande richesse. Les archives de Claude Simon, écrivain mais aussi photographe et peintre, sont en effet particulièrement polymorphes : elles comportent un vaste ensemble de plus de 10 000 feuillets comprenant des manuscrits (la plupart autographes), des tapuscrits annotés, des archives de famille (dont certaines remontent à la Révolution française et aux guerres napoléoniennes), mais aussi des inédits et des documents très divers (collages, dessins, photographies, cartes postales anciennes et albums, objets de collection).

Les premiers travaux de cette équipe, baptisée POLAR (pour « Poétique de l’archive: l’oeuvre de Claude Simon ») seront présentés le jeudi 28 février au matin (Sorbonne, salle Bourjac) dans le cadre du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive organisé par Mireille Calle-Gruber, Melina Balcàzar Moreno, Anaïs Frantz et Sarah-Anaïs Crevier-Goulet (Université Sorbonne Nouvelle) à l’occasion du centenaire (1913-2013) de la naissance de l’écrivain. Cette matinée sera l’occasion de faire état des premières avancées réalisées sur l’édition électronique du texte « Femmes » de Claude Simon, écrit pour accompagner vingt-trois peintures de Joan Miró qui seront réunies dans un livre-album publié chez Maeght, à Paris, en 1966.

Programme du colloque Claude Simon. Vies de l’archive (du 27 février au 1er mars 2013).

Avis de recherche de lettres de D’Alembert

Ces lettres, dont le contenu nous est partiellement ou même totalement inconnu sont passées en vente sans que nous sachions où elles sont aujourd’hui : toute nouvelle information serait un apport à la recherche!

2 octobre 1746 d’Euler à D’Alembert, passée en vente Cat. vente Charavay, post 1885 (46.12)

28 octobre 1746 D’Alembert à d’Herten, passée en vente Cat. vente Charavay, 1992 (46.13)

11 juillet 1749 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. venteDrouot, post 1948 (49.06)

9 janvier 1750 D’Alembert à Gabriel Cramer (le mathématicien), passée en vente Cat. vente Christie’s 2004 (50.02)

27 novembre 1751 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Drouot, 1961 (51.18)

non datée [c. 10 janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, mars 1960 (53.01)

non datée [fin janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, février 1961 (53.07)

13 septembre 1753 D’Alembert à la Mme de Ménilglaise, passée en vente Cat. vente Charavay 11 avril 1876 (53.16)

10 mars 1756 à ?, passée en vente Cat. vente Charavay mars 1917 (56.07)

Lettres de D’Alembert à retrouver (sur la période 1741-1756), chez un particulier, dans une bibliothèque ? Les références sont celles de l’Inventaire analytique de la correspondance, I. Passeron, AM Chouillet, JD Candaux, CNRS Editions, 2009, interrogeable en ligne : pour plus de détail sur le peu que nous savons de ces lettres.

contact : Irène Passeron

Le logiciel ORIGAMI et l’édition des Eloges de D’Alembert.

Le projet ORIGAMI est né des difficultés rencontrées pour l’édition, dans le cadre des Œuvres complètes de D’Alembert, des éloges que ce dernier rédige lorsqu’il devient secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1772 (l’édition de ces éloges, prévus pour être publiés dans les volumes IV/7 à IV/9 de la série IV des Œuvres complètes de D’Alembert, est placée sous la responsabilité d’Olivier Ferret) .

L’existence d’une ou plusieurs versions manuscrites pour une bonne part de ces éloges, de même que la nature et l’ampleur des remaniements que l’on peut y observer, en compliquent en effet grandement l’édition au format papier. Elle nécessitent donc d’avoir recours à l’édition électronique, et le justifient même dans la mesure où, comme l’a montré Olivier Ferret pour l’Eloge de Bossuet, l’étude des variantes entre ces différentes versions permet de non seulement de reconstituer le processus de genèse du texte et, ce faisant, certaines pratiques d’écriture de D’Alembert (tel que le recours au copier-coller), mais aussi de circonscrire certaines tendances, sur la base des corrections apportées par l’auteur, à modifier la charge critique de son texte, par accentuation ou atténuation (voir O. Ferret, « Les “réflexions philosophiques” dans les éloges académiques de D’Alembert : le cas de l’Éloge de Bossuet », dans Pierre Crépel et Luigi Pepe (dir.), D’Alembert i Lumi, l’Europa / D’Alembert, les Lumières et l’Europe, Actes du colloque de Trente (2006), Bollettino di storia delle scienze matematiche, vol. XXVIII, 2008, fasc. 2, p. 255-272).

Il s’agissait donc de concevoir un outil d’édition numérique permettant à la fois de consulter toutes les versions (manuscrites et imprimées) de chaque éloge, mais aussi d’imaginer de nouveaux modes de parcours et de visualisation capables de rendre compte de son processus de genèse et de mettre en valeur les caractéristiques que les recherches d’Olivier Ferret ont permis de mettre au jour pour l’Eloge de Bossuet.

Issu d’un travail conduit (et toujours en cours) d’Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud et Vincent Barrellon, le prototype appelé ORIGAMI (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé) rend possible, à partir de la chronologie des avant-textes dont on dispose, la reconstitution de la genèse d’un imprimé à partir du relevé des variantes qui résultent des modifications successivement apportées à ses versions manuscrites : corrections apportées au texte, déplacements de portions d’un manuscrit à l’autre, ces cas n’étant pas exclusifs. Toutes les versions manuscrites et imprimées connues d’un texte peuvent être incluses dans le logiciel, ce qui vaut ici pour les manuscrits vaut évidemment pour les imprimés.

ORIGAMI a pour double objectif de présenter les possibilités généralement offertes par les éditions électroniques « classiques » tout en rendant aussi lisibles les modifications constituant l’« épaisseur » du texte grâce à plusieurs modes originaux et innovants de visualisation des données. Outre un moteur de recherche, prévu pour permettre l’interrogation de l’ensemble de la masse textuelle qu’il contient (recherches sur tous les textes, dans toutes leurs versions, y compris dans les parties qui ont été biffées, ou, au contraire, restreintes à un texte, voire à certaines seulement des versions de ce texte), trois grandes fonctionnalités fondamentales ont été développées, qui correspondent à trois types de parcours possibles définis comme trois modalités de navigation, horizontale, verticale et en profondeur :

  • La navigation horizontale permet de mettre en regard l’image numérisée des différents folios manuscrits avec leur transcription.
  • La navigation verticale permet la lecture du texte dans son déroulement, de haut en bas, de l’ensemble des versions connues.
  • La navigation en profondeur, restreinte à une unité textuelle pertinente (au sens de fragment d’une version du texte, considéré en relation avec le support matériel qui la contient ; pour l’instant, le paragraphe ou le folio, d’autres échelles devant prochainement être mises à l’étude), rend compte de l’« épaisseur » du texte selon deux modes de consultation : 1° la visualisation des corrections à l’échelon local (l’unité textuelle) ; 2° le passage d’une version textuelle à une autre à l’échelon global. Le premier permet de faire évoluer sous ses yeux le texte et de visualiser, selon leur étagement, les corrections apportées d’un état à l’autre d’une unité textuelle. Une fois parvenu au dernier état de l’unité textuelle consultée, le second mode de parcours permet de passer à la version textuelle suivante et d’identifier les passages du texte déplacés et/ou modifiés par le moyen d’un système de calques, fondé sur un jeu de couleurs et la mise en regard  des portions du texte correspondantes dans les deux versions textuelles concernées.

Il devient ainsi possible de visualiser dynamiquement et, ce faisant, de comprendre le mode de constitution progressive de chaque version textuelle ; à l’inverse, ORIGAMI permet aussi, à partir d’une version textuelle quelconque du texte, de remonter le fil de l’histoire de chacun des fragments qui la constituent.

Quoique parfaitement fonctionnel, le prototype ORIGAMI ne constitue cependant qu’une première version d’un outil d’édition électronique qu’il convient de faire évoluer afin d’être en mesure de traiter et de rendre compte de processus d’écriture plus complexes ainsi que de matériaux manuscrits plus lacunaires que ceux dont nous disposons pour l’Eloge de Bossuet. Tel est par exemple le cas de l’Eloge de Fléchier et de l’Eloge de Houtteville, pour lesquels une nouvelle version d’ORIGAMI, baptisée ORIGAMI Carta a récemment été conçue mais attend encore de pouvoir être développée…

Quelques visualisations

Visualisons cela sur quelques copies d’écran de l’édition, via ORIGAMI, de l’Eloge de Bossuet (notons que le logiciel ORIGAMI, actuellement en ligne sur l’Intranet du site du groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert, ne peut actuellement être présenté en accès libre compte tenu du fait que nous ne disposons pas des droits de reproduction des manuscrits de l’Eloge, conservés à la Bibliothèque de l’Institut, à Paris).

L’Eloge de Bossuet

Rappelons, au préalable, que la publication de l’Éloge de Bossuet, lu par D’Alembert à l’Académie française le 15 mai 1775, intervient en deux temps : le texte de l’éloge paraît 1779 dans les Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française (Eloge de Bossuet, Paris, Panckoucke et Moutard, 1779, p. 133-174) ; les notes de D’Alembert sur cet éloge paraissent quant à elles de manière posthume, en 1787, dans l’Histoire des membres de l’Académie française (Paris, Panckoucke, 1787, « Notes sur l’Eloge de Bossuet », t. II, p. 221-294). Il existe par ailleurs deux versions manuscrites de cet éloge, conservées à la Bibliothèque de l’Institut (MS 2473, f. 154r-202v ; f. 203r-243r). Ces deux versions (que nous appellerons manuscrit 1 et manuscrit 2) correspondent respectivement à des textes de deux copistes différents sur chacun desquels D’Alembert apporte des corrections autographes (biffures, ajout, déplacement de fragments de textes, etc.).

Du point de vue de la chronologie de ces avant-textes, on observe d’une part une parfaite continuité entre les deux manuscrits (les corrections de D’Alembert sur le premier sont intégralement prises en compte dans le texte du copiste du second manuscrit). On observe, d’autre part, l’apparition sur le manuscrit 2 d’une section intitulée « Notes sur l’article de Bossuet » distincte du texte de l’éloge (et cohérente avec ce qu’on vient de remarquer pour l’imprimé), ainsi qu’un certain nombres de discontinuités entre le texte de cette seconde version et l’imprimé. Ces discontinuités (modifications ponctuelles ; apparition et, plus rarement, disparition de certains passages dans l’imprimé) indiquent la présence d’un chaînon manquant correspondant à un ou plusieurs manuscrits (dont celui transmis à l’imprimeur).

Copie d’écran 1, 2 et 3 – Navigation en profondeur : visualisation à l’échelon local (l’unité textuelle, ici le paragraphe) des corrections autographes de D’Alembert sur une note de la section « Notes sur l’article de Bossuet » du manuscrit 2 (Éloge de Bossuet, MS 2473, f. 253r-254r, §53). Les trois copies d’écran donnent successivement la transcription du texte à l’état 0 (texte du copiste sans correction autographe), à l’état 0,5 (état permettant de visualiser les modifications apportées entre l’état 0 et l’état 1) et à l’état 1 (état du texte après l’intégration du premier niveau de corrections). Code de couleurs : en bleu, les mots ou expressions biffés et non remplacés ; en rouge, les mots ou expressions biffés et remplacés par un texte ; en vert, la mention « [Insertion] » indique la présence d’un ajout. Seuls les passages en rouge et en vert sont cliquables pour qu’apparaisse le texte ajouté.

Eloge de Bossuet, manuscrit 2, § 53, état 0.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 0,5.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 1.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copie d’écran 4 – Navigation en profondeur : passage d’une version textuelle à la suivante. Les calques permettent de visualiser le devenir d’un paragraphe entre le manuscrit 2 (fenêtre de gauche) et l’imprimé (fenêtre de droite). Dans le texte présentement transcrit du manuscrit 2 (Éloge de Charles Boileau, MS 2473, f. 153dr-153ev), les différentes portions reprises ou déplacées apparaissent en couleur ; les portions du texte surlignées en blanc n’ont pas d’équivalent dans l’imprimé. À la droite du texte transcrit, dans les couleurs correspondantes, le lien indique l’endroit où se trouvent les fragments dans la version suivante : ici, pour le fragment en jaune, la fin de la partie texte de l’Eloge.

Eloge de Bossuet, mise en regard du § 54 du manuscrit 2 avec son devenir dans l’imprimé.

 

 

Changer la façon commune de penser