Archives de catégorie : Manufacture encyclopédique

Le rêve de Diderot : expositions et conférences à l’École Estienne du 13 novembre au 4 décembre 2013

Diderot et l’Encyclopédie sont à l’honneur à l’École Estienne du 13 novembre au 4 décembre 2013. Une exposition mêlant des reproductions de planches de l’exemplaire original de l’Encyclopédie conservé à l’École Estienne ainsi que de nombreux travaux réalisés par les étudiants sur ce thème, un cycle de conférences… Allez y faire un tour : cela mérite le déplacement ! Pour plus de renseignements, voir le programme ci-dessous.Ecole_Estienne_exposition_conferences_Diderot_Encyclopedie

Séminaire « La Manufacture encyclopédique » : programme 2013-2014

Séminaire organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Université Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (CNRS, Institut de mathématiques de Jussieu), avec le concours de la Société Diderot, du comité D’Alembert de l’Académie des Sciences et de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586 du CNRS).

Le séminaire ouvert il y a deux ans poursuit ses travaux. Rappelons que le choix de son intitulé, « manufacture », renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien là ce qui nous intéresse. Sans qu’il faille sous-estimer les grands textes d’escorte, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leur lecture qui pourtant ne rend pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du  dictionnaire lui-même. Les recherches auxquelles le séminaire est ouvert portent donc, sans exclusive aucune, tant sur les sources que sur la réception de l’ouvrage, sur les branches du savoir que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours. Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et ceux qui ont œuvré, par des articles, des volumes, des colloques, ou journées d’étude, l’ont fait,  la plupart du temps, dans le strict domaine de leur compétence. Or l’Encyclopédie, par définition, est multiple et mérite la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (8 dans l’année) et aux débats qui s’y mènent.

Programme 2013-2014

Le séminaire a lieu à l’Institut de mathématiques de Jussieu, sur le campus Jussieu (4 place Jussieu, 75005 Paris ; métro Jussieu), barre 15-16, 4e étage.

* vendredi 18 octobre 2013 UPMC, salle 413, 17 h. Irène Passeron : « L’article Collège et l’affaire Tolomas ».

* samedi 9 novembre 2013, UPMC, salle 413, 10h30 : Tatsuo Hemmi (Université de Niigata, Paris Ouest-Nanterre) : « La formation médicale de Diderot : Daniel Le Clerc ».

* vendredi 22 novembre 2013, UPMC, salle 413, 17h. Emmanuel Boussuge et Françoise Launay (Observatoire de Paris, SYRTE) : « D’Amilaville et l’Encyclopédie ».

* Jeudi 19 décembre 2013, UPMC, salle 417, 17 h. Jean-Pierre Schandeler (CNRS, IRCL) : « Éditer le ‘Discours préliminaire’ de l’Encyclopédie ».

* Vendredi 10 Janvier 2014, UPMC, salle 413, 17 h. Christophe Schmit (CNRS, SYRTE) : « Les articles de mécanique de l’Encyclopédie ».

* Jeudi 13 février 2014, UPMC, salle 413, 17 h. Stéphane Pujol (Université Paris-Ouest Nanterre) : « La Morale dans l’Encyclopédie ».

* Vendredi 28 mars 2014, UPMC, salle 413, 17h. Thomas Morel (Technische Universität, Berlin) : « Entre curiosité et dédain : la géométrie souterraine dans l’Encyclopédie ».

* Vendredi 16 mai 2014, 17h : Alain Cernuschi (Université de Lausanne), « l’ABC de l’Encyclopédie d’Yverdon ».

Colloque « Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation »

Affiche_colloque_Chantier_des_lumieresColloque international organisé à l’Université Paris VII – Denis Diderot les jeudi et vendredi 28 et 29 mars (Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris, 9h30-17h30).

Organisateurs : Pierre Chartier, Florence Lotterie (Université Paris Diderot) et Marie Leca-Tsiomis (CSLF).

Les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou des textes d’escorte, datent de la seconde moitié du XXe siècle. « Il faut entrer dans la forteresse ! » écrivait Jacques Proust en 1970. De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre, des réseaux savants, des dictionnaires.
Où en sommes-nous aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par les outils électroniques ?
De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Pour télécharger le programme, cliquez ici.

Du mauvais usage des outils informatiques dans le domaine de la recherche littéraire et historique

L’article intitulé « The Use and Abuse of the Digital Humanities in the History of Ideas: How to Study the Encyclopédie » que Marie Leca-Tsiomis (Université Paris X Nanterre) vient de publier dans la revue History of European Ideas (4 mars 2013) nous alerte sur le mauvais usage qui peut être fait de l’informatique et des outils numériques dans le domaine de la recherche littéraire et historique et, plus particulièrement, de la recherche sur l’Encyclopédie. A lire de toute urgence !

L’article est consultable en version intégrale à l’adresse suivante : http://www.tandfonline.com/eprint/JHW539PsFVZI3baYcKUY/full

En voici le résumé :

New information technology can be an invaluable aid to research in the history of ideas provided it is built on scientific foundations. This article discusses the case of Diderot and D’Alembert’s Encyclopédie and analyses its use of earlier dictionaries (the Dictionnaire de Trévoux, Chambers’s Cyclopaedia and Moréri’s dictionary). It also shows how neglect of existing research in the history of ideas and ignorance of how these eighteenth-century European publications were elaborated, combined with inappropriate use of software for detecting plagiarism, have led to totally mistaken findings. These findings, widely publicised thanks to the Internet, constitute a real danger for future research. The article concludes that the intellectual community urgently needs to invest seriously in the digital humanities in order to safeguard future research.

Séminaire Manufacture 8 février 2013 : Hisashi IDA

Séminaire Manufacture encyclopédique
Le vendredi 8 février 2013, à partir de 17H15 , séminaire1 organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (IMJ, CNRS) avec le soutien de la Société Diderot. Au programme de ce séminaire :

Hisashi IDA, professeur à l’Université Aoyama-Gakuin (Tokyo)

« les différentes utilisations de Chambers par D’Alembert »

Résumé : Tout le monde sait que le projet de l’Encyclopédie a débuté par une traduction des dictionnaires anglais de Chambers et Harris. Mais, chose étrange, une étude systématique sur les emprunts à Chambers est encore à attendre. C’est pourtant elle qui fournira une base solide aux recherches sur les origines de la fabrication de l’Encyclopédie. Elle est aussi indispensable pour attribuer à un auteur ses contributions personnelles. Dans la prochaine séance, nous nous proposons de dresser, autour de la traduction de la Cyclopædia, une typologie des emprunts tant de Chambers que d’autres ouvrages, faits par D’Alembert notamment dans ses articles de physique et de mécanique. Ce sera une occasion, bien que modeste, de démontrer la possibilité toujours ouverte des recherches de fond sur les « sources » de l’Encyclopédie.

Pour plus d’information sur D’Alembert voir http://dalembert.obspm.fr/

Crédits photographiques :  ‘diderot sandals’, auteur : dedree, licence cc

  1. Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse. Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.
    Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.
    Mais pourquoi un « séminaire » ?
    Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a œuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront. []