Archives de catégorie : Humanités numériques

Le rêve de Diderot : expositions et conférences à l’École Estienne du 13 novembre au 4 décembre 2013

Diderot et l’Encyclopédie sont à l’honneur à l’École Estienne du 13 novembre au 4 décembre 2013. Une exposition mêlant des reproductions de planches de l’exemplaire original de l’Encyclopédie conservé à l’École Estienne ainsi que de nombreux travaux réalisés par les étudiants sur ce thème, un cycle de conférences… Allez y faire un tour : cela mérite le déplacement ! Pour plus de renseignements, voir le programme ci-dessous.Ecole_Estienne_exposition_conferences_Diderot_Encyclopedie

Atelier DigitHum 2013 : « D’Alembert à l’heure du numérique », projets en cours, collaborations et perspectives, le mercredi 2 octobre 2013 à l’Observatoire de Paris

Ateler_DigitNum_2013L’Atelier D’Alembert et les « Digital Humanities » vous invite à participer à la journée d’étude et de présentation qui se tiendra le mercredi 2 octobre 2013 à l’Observatoire de Paris, dans la salle du conseil du bâtiment Perrault :  « D’Alembert à l’heure du numérique : projets en cours, collaborations et perspectives ». Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un projet de journées d’études sur les nouveaux outils et les projets innovants en « Digital Humanities » : quelles directions informatiques pour la valorisation et l’analyse des corpus ?

Ouvert à tous, l’atelier débutera par une présentation du projet Cultures of Knowledge d’EMLO, puis des projets numériques en cours de développement du Groupe D’Alembert (ORIGAMI et ENCCRE). L’atelier accueillera l’après-midi des présentations des responsables du projet Mapping the Republic of Letters de Stanford,  du projet hollandais Circulation of knowledge, de l’édition des correspondances d’Ampère et d’Euler, puis se conclura par une discussion ouverte sur le rôle des différents intervenants dans un projet en humanités numériques.

Téléchargez le programme de l’atelier.

Entrée libre, merci de vous inscrire en envoyant un mail à marie-laure.massot@ens.fr.

Cet atelier est organisé par Marie-Laure Massot[1], Irène Passeron[2] et Alexandre Guilbaud[3], qui souhaiteraient mettre en place une ou deux journées d’études par an sur ce sujet en plein essor et faire se rencontrer et dialoguer chercheurs en informatique, historiens, linguistes, philosophes, graphistes, etc. Montrer que ce dialogue peut aboutir à de nouveaux outils de recherche et de nouveaux sujets pour chacun des protagonistes, sera le credo de ces journées soutenues par le labex Transfers, le Comité D’Alembert de l’Académie des sciences, le CNRS, l’Institut de mathématiques de Jussieu et l’Observatoire de Paris.

[1] Ingénieur d’études CNRS en base de données, USR 3308 Cirphles (CAPHÉS), marie-laure.massot@ens.fr.
[2] Chercheur CNRS en histoire des mathématiques, membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586) et responsable de l’édition des Œuvres complètes de D’Alembert, irene.passeron@obspm.fr.
[3] Maître de conférences en histoire des mathématiques à l’UPMC et membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu (UMR 7586), guilbaud@math.jussieu.fr.

Colloque « Chantiers des Lumières : L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert à l’âge de la numérisation »

Affiche_colloque_Chantier_des_lumieresColloque international organisé à l’Université Paris VII – Denis Diderot les jeudi et vendredi 28 et 29 mars (Amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion, 75013 Paris, 9h30-17h30).

Organisateurs : Pierre Chartier, Florence Lotterie (Université Paris Diderot) et Marie Leca-Tsiomis (CSLF).

Les premières grandes études montrant la richesse et l’importance de l’Encyclopédie, dont la connaissance avait été jusque-là souvent confinée à des extraits ou des textes d’escorte, datent de la seconde moitié du XXe siècle. « Il faut entrer dans la forteresse ! » écrivait Jacques Proust en 1970. De nombreux travaux sur le Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des métiers se sont alors développés conjointement avec ceux consacrés à l’histoire du livre, des réseaux savants, des dictionnaires.
Où en sommes-nous aujourd’hui des études sur l’Encyclopédie ? Comment les recherches peuvent-elles être articulées, mises en valeur, voire facilitées par les outils électroniques ?
De nouvelles démarches de recherche se dessinent-elles et, avec elles, de nouvelles pistes pour l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières ?

Pour télécharger le programme, cliquez ici.

Du mauvais usage des outils informatiques dans le domaine de la recherche littéraire et historique

L’article intitulé « The Use and Abuse of the Digital Humanities in the History of Ideas: How to Study the Encyclopédie » que Marie Leca-Tsiomis (Université Paris X Nanterre) vient de publier dans la revue History of European Ideas (4 mars 2013) nous alerte sur le mauvais usage qui peut être fait de l’informatique et des outils numériques dans le domaine de la recherche littéraire et historique et, plus particulièrement, de la recherche sur l’Encyclopédie. A lire de toute urgence !

L’article est consultable en version intégrale à l’adresse suivante : http://www.tandfonline.com/eprint/JHW539PsFVZI3baYcKUY/full

En voici le résumé :

New information technology can be an invaluable aid to research in the history of ideas provided it is built on scientific foundations. This article discusses the case of Diderot and D’Alembert’s Encyclopédie and analyses its use of earlier dictionaries (the Dictionnaire de Trévoux, Chambers’s Cyclopaedia and Moréri’s dictionary). It also shows how neglect of existing research in the history of ideas and ignorance of how these eighteenth-century European publications were elaborated, combined with inappropriate use of software for detecting plagiarism, have led to totally mistaken findings. These findings, widely publicised thanks to the Internet, constitute a real danger for future research. The article concludes that the intellectual community urgently needs to invest seriously in the digital humanities in order to safeguard future research.

Origami et le texte Femmes de Claude Simon

Affiche du colloque Claude Simon. Les Vies de l'Archive

Le logiciel de génétique textuelle Origami (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé), que nous présentions brièvement dans un précédent billet,se lance dans une nouvelle aventure : le corpus d’archives de Claude Simon, prix Nobel de littérature (1985).

Ce projet interdisciplinaire, porté et coordonné par Mireille Calle-Gruber (Université Sorbonne Nouvelle) rassemble Melina Balcázar et Hélène Campaignolle (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle), Florence Clavaud (École Nationale des Chartes), Isabelle Diu et Sophie Lesiewicz (Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet), ainsi que les co-concepteurs d’Origami, Vincent Barrellon (ingénieur de l’Ecole Centrale de Lyon), Olivier Ferret (Université Lyon 2) et Alexandre Guilbaud (UPMC, Institut des Mathématiques de Jussieu). Il doit notamment aboutir à l’adaptation du logiciel à ce corpus d’une très grande richesse. Les archives de Claude Simon, écrivain mais aussi photographe et peintre, sont en effet particulièrement polymorphes : elles comportent un vaste ensemble de plus de 10 000 feuillets comprenant des manuscrits (la plupart autographes), des tapuscrits annotés, des archives de famille (dont certaines remontent à la Révolution française et aux guerres napoléoniennes), mais aussi des inédits et des documents très divers (collages, dessins, photographies, cartes postales anciennes et albums, objets de collection).

Les premiers travaux de cette équipe, baptisée POLAR (pour « Poétique de l’archive: l’oeuvre de Claude Simon ») seront présentés le jeudi 28 février au matin (Sorbonne, salle Bourjac) dans le cadre du colloque Claude Simon. Les Vies de l’Archive organisé par Mireille Calle-Gruber, Melina Balcàzar Moreno, Anaïs Frantz et Sarah-Anaïs Crevier-Goulet (Université Sorbonne Nouvelle) à l’occasion du centenaire (1913-2013) de la naissance de l’écrivain. Cette matinée sera l’occasion de faire état des premières avancées réalisées sur l’édition électronique du texte « Femmes » de Claude Simon, écrit pour accompagner vingt-trois peintures de Joan Miró qui seront réunies dans un livre-album publié chez Maeght, à Paris, en 1966.

Programme du colloque Claude Simon. Vies de l’archive (du 27 février au 1er mars 2013).