Archives par mot-clé : D’Alembert

Le logiciel ORIGAMI et l’édition des Eloges de D’Alembert.

Le projet ORIGAMI est né des difficultés rencontrées pour l’édition, dans le cadre des Œuvres complètes de D’Alembert, des éloges que ce dernier rédige lorsqu’il devient secrétaire perpétuel de l’Académie française en 1772 (l’édition de ces éloges, prévus pour être publiés dans les volumes IV/7 à IV/9 de la série IV des Œuvres complètes de D’Alembert, est placée sous la responsabilité d’Olivier Ferret) .

L’existence d’une ou plusieurs versions manuscrites pour une bonne part de ces éloges, de même que la nature et l’ampleur des remaniements que l’on peut y observer, en compliquent en effet grandement l’édition au format papier. Elle nécessitent donc d’avoir recours à l’édition électronique, et le justifient même dans la mesure où, comme l’a montré Olivier Ferret pour l’Eloge de Bossuet, l’étude des variantes entre ces différentes versions permet de non seulement de reconstituer le processus de genèse du texte et, ce faisant, certaines pratiques d’écriture de D’Alembert (tel que le recours au copier-coller), mais aussi de circonscrire certaines tendances, sur la base des corrections apportées par l’auteur, à modifier la charge critique de son texte, par accentuation ou atténuation (voir O. Ferret, « Les “réflexions philosophiques” dans les éloges académiques de D’Alembert : le cas de l’Éloge de Bossuet », dans Pierre Crépel et Luigi Pepe (dir.), D’Alembert i Lumi, l’Europa / D’Alembert, les Lumières et l’Europe, Actes du colloque de Trente (2006), Bollettino di storia delle scienze matematiche, vol. XXVIII, 2008, fasc. 2, p. 255-272).

Il s’agissait donc de concevoir un outil d’édition numérique permettant à la fois de consulter toutes les versions (manuscrites et imprimées) de chaque éloge, mais aussi d’imaginer de nouveaux modes de parcours et de visualisation capables de rendre compte de son processus de genèse et de mettre en valeur les caractéristiques que les recherches d’Olivier Ferret ont permis de mettre au jour pour l’Eloge de Bossuet.

Issu d’un travail conduit (et toujours en cours) d’Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud et Vincent Barrellon, le prototype appelé ORIGAMI (Outil de Recherche Informatisé pour l’étude de la Genèse des Avant-textes, du Manuscrit à l’Imprimé) rend possible, à partir de la chronologie des avant-textes dont on dispose, la reconstitution de la genèse d’un imprimé à partir du relevé des variantes qui résultent des modifications successivement apportées à ses versions manuscrites : corrections apportées au texte, déplacements de portions d’un manuscrit à l’autre, ces cas n’étant pas exclusifs. Toutes les versions manuscrites et imprimées connues d’un texte peuvent être incluses dans le logiciel, ce qui vaut ici pour les manuscrits vaut évidemment pour les imprimés.

ORIGAMI a pour double objectif de présenter les possibilités généralement offertes par les éditions électroniques « classiques » tout en rendant aussi lisibles les modifications constituant l’« épaisseur » du texte grâce à plusieurs modes originaux et innovants de visualisation des données. Outre un moteur de recherche, prévu pour permettre l’interrogation de l’ensemble de la masse textuelle qu’il contient (recherches sur tous les textes, dans toutes leurs versions, y compris dans les parties qui ont été biffées, ou, au contraire, restreintes à un texte, voire à certaines seulement des versions de ce texte), trois grandes fonctionnalités fondamentales ont été développées, qui correspondent à trois types de parcours possibles définis comme trois modalités de navigation, horizontale, verticale et en profondeur :

  • La navigation horizontale permet de mettre en regard l’image numérisée des différents folios manuscrits avec leur transcription.
  • La navigation verticale permet la lecture du texte dans son déroulement, de haut en bas, de l’ensemble des versions connues.
  • La navigation en profondeur, restreinte à une unité textuelle pertinente (au sens de fragment d’une version du texte, considéré en relation avec le support matériel qui la contient ; pour l’instant, le paragraphe ou le folio, d’autres échelles devant prochainement être mises à l’étude), rend compte de l’« épaisseur » du texte selon deux modes de consultation : 1° la visualisation des corrections à l’échelon local (l’unité textuelle) ; 2° le passage d’une version textuelle à une autre à l’échelon global. Le premier permet de faire évoluer sous ses yeux le texte et de visualiser, selon leur étagement, les corrections apportées d’un état à l’autre d’une unité textuelle. Une fois parvenu au dernier état de l’unité textuelle consultée, le second mode de parcours permet de passer à la version textuelle suivante et d’identifier les passages du texte déplacés et/ou modifiés par le moyen d’un système de calques, fondé sur un jeu de couleurs et la mise en regard  des portions du texte correspondantes dans les deux versions textuelles concernées.

Il devient ainsi possible de visualiser dynamiquement et, ce faisant, de comprendre le mode de constitution progressive de chaque version textuelle ; à l’inverse, ORIGAMI permet aussi, à partir d’une version textuelle quelconque du texte, de remonter le fil de l’histoire de chacun des fragments qui la constituent.

Quoique parfaitement fonctionnel, le prototype ORIGAMI ne constitue cependant qu’une première version d’un outil d’édition électronique qu’il convient de faire évoluer afin d’être en mesure de traiter et de rendre compte de processus d’écriture plus complexes ainsi que de matériaux manuscrits plus lacunaires que ceux dont nous disposons pour l’Eloge de Bossuet. Tel est par exemple le cas de l’Eloge de Fléchier et de l’Eloge de Houtteville, pour lesquels une nouvelle version d’ORIGAMI, baptisée ORIGAMI Carta a récemment été conçue mais attend encore de pouvoir être développée…

Quelques visualisations

Visualisons cela sur quelques copies d’écran de l’édition, via ORIGAMI, de l’Eloge de Bossuet (notons que le logiciel ORIGAMI, actuellement en ligne sur l’Intranet du site du groupe d’édition des Œuvres complètes de D’Alembert, ne peut actuellement être présenté en accès libre compte tenu du fait que nous ne disposons pas des droits de reproduction des manuscrits de l’Eloge, conservés à la Bibliothèque de l’Institut, à Paris).

L’Eloge de Bossuet

Rappelons, au préalable, que la publication de l’Éloge de Bossuet, lu par D’Alembert à l’Académie française le 15 mai 1775, intervient en deux temps : le texte de l’éloge paraît 1779 dans les Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française (Eloge de Bossuet, Paris, Panckoucke et Moutard, 1779, p. 133-174) ; les notes de D’Alembert sur cet éloge paraissent quant à elles de manière posthume, en 1787, dans l’Histoire des membres de l’Académie française (Paris, Panckoucke, 1787, « Notes sur l’Eloge de Bossuet », t. II, p. 221-294). Il existe par ailleurs deux versions manuscrites de cet éloge, conservées à la Bibliothèque de l’Institut (MS 2473, f. 154r-202v ; f. 203r-243r). Ces deux versions (que nous appellerons manuscrit 1 et manuscrit 2) correspondent respectivement à des textes de deux copistes différents sur chacun desquels D’Alembert apporte des corrections autographes (biffures, ajout, déplacement de fragments de textes, etc.).

Du point de vue de la chronologie de ces avant-textes, on observe d’une part une parfaite continuité entre les deux manuscrits (les corrections de D’Alembert sur le premier sont intégralement prises en compte dans le texte du copiste du second manuscrit). On observe, d’autre part, l’apparition sur le manuscrit 2 d’une section intitulée « Notes sur l’article de Bossuet » distincte du texte de l’éloge (et cohérente avec ce qu’on vient de remarquer pour l’imprimé), ainsi qu’un certain nombres de discontinuités entre le texte de cette seconde version et l’imprimé. Ces discontinuités (modifications ponctuelles ; apparition et, plus rarement, disparition de certains passages dans l’imprimé) indiquent la présence d’un chaînon manquant correspondant à un ou plusieurs manuscrits (dont celui transmis à l’imprimeur).

Copie d’écran 1, 2 et 3 – Navigation en profondeur : visualisation à l’échelon local (l’unité textuelle, ici le paragraphe) des corrections autographes de D’Alembert sur une note de la section « Notes sur l’article de Bossuet » du manuscrit 2 (Éloge de Bossuet, MS 2473, f. 253r-254r, §53). Les trois copies d’écran donnent successivement la transcription du texte à l’état 0 (texte du copiste sans correction autographe), à l’état 0,5 (état permettant de visualiser les modifications apportées entre l’état 0 et l’état 1) et à l’état 1 (état du texte après l’intégration du premier niveau de corrections). Code de couleurs : en bleu, les mots ou expressions biffés et non remplacés ; en rouge, les mots ou expressions biffés et remplacés par un texte ; en vert, la mention « [Insertion] » indique la présence d’un ajout. Seuls les passages en rouge et en vert sont cliquables pour qu’apparaisse le texte ajouté.

Eloge de Bossuet, manuscrit 2, § 53, état 0.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 0,5.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de Bossuet, transcription du manuscrit 2, § 53, état 1.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copie d’écran 4 – Navigation en profondeur : passage d’une version textuelle à la suivante. Les calques permettent de visualiser le devenir d’un paragraphe entre le manuscrit 2 (fenêtre de gauche) et l’imprimé (fenêtre de droite). Dans le texte présentement transcrit du manuscrit 2 (Éloge de Charles Boileau, MS 2473, f. 153dr-153ev), les différentes portions reprises ou déplacées apparaissent en couleur ; les portions du texte surlignées en blanc n’ont pas d’équivalent dans l’imprimé. À la droite du texte transcrit, dans les couleurs correspondantes, le lien indique l’endroit où se trouvent les fragments dans la version suivante : ici, pour le fragment en jaune, la fin de la partie texte de l’Eloge.

Eloge de Bossuet, mise en regard du § 54 du manuscrit 2 avec son devenir dans l’imprimé.

 

 

Séminaire Manufacture 8 février 2013 : Hisashi IDA

Séminaire Manufacture encyclopédique
Le vendredi 8 février 2013, à partir de 17H15 , séminaire1 organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (IMJ, CNRS) avec le soutien de la Société Diderot. Au programme de ce séminaire :

Hisashi IDA, professeur à l’Université Aoyama-Gakuin (Tokyo)

« les différentes utilisations de Chambers par D’Alembert »

Résumé : Tout le monde sait que le projet de l’Encyclopédie a débuté par une traduction des dictionnaires anglais de Chambers et Harris. Mais, chose étrange, une étude systématique sur les emprunts à Chambers est encore à attendre. C’est pourtant elle qui fournira une base solide aux recherches sur les origines de la fabrication de l’Encyclopédie. Elle est aussi indispensable pour attribuer à un auteur ses contributions personnelles. Dans la prochaine séance, nous nous proposons de dresser, autour de la traduction de la Cyclopædia, une typologie des emprunts tant de Chambers que d’autres ouvrages, faits par D’Alembert notamment dans ses articles de physique et de mécanique. Ce sera une occasion, bien que modeste, de démontrer la possibilité toujours ouverte des recherches de fond sur les « sources » de l’Encyclopédie.

Pour plus d’information sur D’Alembert voir http://dalembert.obspm.fr/

Crédits photographiques :  ‘diderot sandals’, auteur : dedree, licence cc

  1. Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse. Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.
    Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.
    Mais pourquoi un « séminaire » ?
    Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a œuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront. []

D’Alembert est-il poète ?

Elite de poésies fugitives : Quatrain mis sous le buste du Maréchal de Saxe

D’Alembert est connu comme savant et encyclopédiste, plus précisément pour ses travaux comme mathématicien (l’équation des ondes, le théorème fondamental de l’algèbre…) comme mécanicien céleste (le problème des trois corps, la théorie de la Lune), et autres questions de mathématique mixte (appliquée, dirait-on aujourd’hui, son principe de dynamique, par exemple), comme auteur du Discours préliminaire de l’Encyclopédie, comme traducteur de Tacite et rédacteur d’Eloges, mais le connait-on comme poète ? Certainement pas, je dirais, tout au plus comme auteur de discours académiques sur la poésie et de quelques « Réflexions » parues dans ses Mélanges (voir le Répertoire alphabétique des ouvrages imprimés non scientifiques de D’Alembert) ou de façon posthume, et pourtant… un exemple, tiens : Quatrain mis sous le buste du Maréchal de Saxe; parus dans l’Elite de poésies fugitives, 1769.

Rome eut dans Fabius un Guerrier politique,

Dans Annibal Carthage eu un Chef héroïque;

La France plus heureuse, a dans ce fier Saxon,

La tête du premier, & le bras du second.

M. D’Alembert.