D’Alembert parle-t-il italien ?

Les correspondances apprennent beaucoup de choses, à commencer par les langues pratiquées, même si le français est au dix-huitième siècle la langue d’échange dominante. On sait que D’Alembert, qui a fait ses études au collège des Quatre Nations (ou Mazarin, l’actuel Institut), puis quelques années de droit et peut-être de médecine, lit et écrit couramment le latin, donc l’italien ne doit pas lui poser problème! Avec ses correspondants italiens (voir la liste de ses correspondants), c’est presque toujours en français, mais ce n’est pas étonnant! Et si un de ses correspondants italiens lui écrit en latin, on a deux exemples de lettres en italien qui lui sont adressées et qu’il a eu l’air de comprendre sans problème. La dernière lettre citée ci-dessous est même encore plus précise, il le lit donc sans difficulté mais ne peut juger du style, c’est pour dire…

66.04 11 janvier 1766. Vincenzo Riccati à D’Alembert
• SOURCE : autogr., d.s., « Bologna », en italien, 4 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 193-194
• INCIPIT : « E qualche settimana che mi corre l’obbligo di… »
CONTENU : Discussion sur l’ouvrage de Condorcet [Du calcul intégral, 1765].

81.12 21 février 1781. CALANDRELLI à D’ALEMBERT
• SOURCE : autogr., d.s., « Roma », en italien, 8 p.
• LOCALISATION DU MS. : Paris Institut, Ms. 2466, f. 25-28
• INCIPIT : « La vostra bontà in altra occasione da me esperimentata… »
CONTENU : Discussions sur les aspects mathématiques du t. VI des Opuscules. Mém. 51, §1, p. 362 : à propos des équations fonctionnelles. Mém. 46, remarque (a), p. 134 : au sujet de l’apparition des quantités imaginaires dans les intégrales. Mém. 46, remarque (b), p. 144 : comparaison à l’infini entre la variable et son logarithme. Mém. 46, appendice, p. 420 : suite des débats sur les logarithmes des quantités négatives, notamment à l’occasion d’un mém. de Pietro Paoli.

81.68 12 décembre 1781. D’ALEMBERT à un dramaturge italien
• SOURCE : autogr., d.s., « à Paris »
• LOCALISATION DU MS. : New York Morgan, Autogr. Misc. French
• INCIPIT : « Quoique j’aie reçu depuis quelque temps les deux tragédies… »
CONTENU : A reçu ses deux tragédies mais ses occupations de membre de l’Acad. sc. et de secrétaire de l’Acad. fr., et sa mauvaise santé ont différé sa rép. de plusieurs mois. Son italien ne lui permet pas de juger du style, mais lui croit des talents qu’il l’encourage à cultiver.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.