Séminaire Manufacture 8 février 2013 : Hisashi IDA

Séminaire Manufacture encyclopédique
Le vendredi 8 février 2013, à partir de 17H15 , séminaire1 organisé par Marie Leca-Tsiomis (CSLF, Paris Ouest-Nanterre) et Irène Passeron (IMJ, CNRS) avec le soutien de la Société Diderot. Au programme de ce séminaire :

Hisashi IDA, professeur à l’Université Aoyama-Gakuin (Tokyo)

« les différentes utilisations de Chambers par D’Alembert »

Résumé : Tout le monde sait que le projet de l’Encyclopédie a débuté par une traduction des dictionnaires anglais de Chambers et Harris. Mais, chose étrange, une étude systématique sur les emprunts à Chambers est encore à attendre. C’est pourtant elle qui fournira une base solide aux recherches sur les origines de la fabrication de l’Encyclopédie. Elle est aussi indispensable pour attribuer à un auteur ses contributions personnelles. Dans la prochaine séance, nous nous proposons de dresser, autour de la traduction de la Cyclopædia, une typologie des emprunts tant de Chambers que d’autres ouvrages, faits par D’Alembert notamment dans ses articles de physique et de mécanique. Ce sera une occasion, bien que modeste, de démontrer la possibilité toujours ouverte des recherches de fond sur les « sources » de l’Encyclopédie.

Pour plus d’information sur D’Alembert voir http://dalembert.obspm.fr/

Crédits photographiques :  ‘diderot sandals’, auteur : dedree, licence cc

  1. Empruntant l’expression à une lettre polémique de 1751 dans laquelle Diderot était ironiquement nommé « Directeur de la manufacture encyclopédique », Jacques Proust donna cet intitulé au second chapitre de son Diderot et l’Encyclopédie, où il traite de l’histoire commerciale de l’ouvrage, de ses souscripteurs, de sa réception, et de ses rapports avec le pouvoir. Si nous avons choisi cet intitulé pour le séminaire que nous vous proposons de rejoindre, c’est que le terme de « manufacture » nous renvoie à la fabrication du Dictionnaire raisonné et c’est bien ce qui nous intéresse. Sans nier l’importance des grands textes d’escorte et de présentation, « Prospectus », « Discours Préliminaire » ou « Système figuré et son explication », on a trop longtemps privilégié leurs lectures qui, à elles seules, ne rendent pas compte de la réalité de l’ouvrage, de la pratique de ses auteurs et de leurs évolutions, et, dans tous les cas, ne dispensent pas de l’observation du dictionnaire lui-même.
    Sans exclusive aucune, les recherches auxquelles nous vous proposons de vous associer porteront donc tant sur les sources de l’ouvrage que sur sa réception, sur les branches du savoirs que sur les collaborateurs, sur les volumes de planches que sur les volumes de discours.
    Mais pourquoi un « séminaire » ?
    Les études sur l’Encyclopédie ont connu au cours des dernières années un développement important et chacun d’entre nous y a œuvré à sa façon (articles, volumes, colloques, journées d’étude) et, la plupart du temps, dans son strict domaine de compétence. S’il nous paraît qu’un séminaire est nécessaire, c’est que l’Encyclopédie est, par définition, multiple, et qu’elle mérite qu’on lui consacre une réflexion collective, permettant une connaissance mutuelle et des échanges véritablement suivis entre spécialistes de champs ou de domaines différents, grâce à la régularité des rencontres (5 à 6 dans l’année) et aux débats qui s’y mèneront. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *