Tous les articles par Irène Passeron

Tricentenaire de la naissance de D’Alembert (1717-2017)

Tricentenaire D’Alembert 2017

http://dalembert.academie-sciences.fr/

Colloques, Congrès, Journées

 13 Octobre 2016 : colloque « Tricentenaire de la naissance de D’Alembert », Académie de Lyon, org. Pierre Crépel

 21 mars 2017 : D’Alembert. Langue et Savoir, org. par Véronique Le Ru, Université de Reims.

 16 Juin 2017 : D’Alembert et Voltaire, org. par Olivier Ferret et Irène Passeron, Sorbonne. Textes joints : présentation, programme (sur le site de la Sorbonne).

 6 octobre 2017 : Intervention : « ENCCRE, première Edition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert » aux 20e Rendez-vous de l’histoire de Blois qui se dérouleront du jeudi 5 au dimanche 8 octobre 2017 sur le thème « Eurêka. Découvrir, inventer, innover ».

 7-15 octobre 2017 : à l’occasion de la Fête de la Science, « De la lumière à la matière… en passant par les Lumières », Verdun.

10-12 octobre 2017 : Colloque « D’Alembert dans les débats de son temps », org Jean-Pierre Schandeler, IRCL, Montpellier.

 19 octobre 2017 : mise en ligne de l’Edition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) à l’Académie des sciences et début de l’exposition « Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières » à la Bibliothèque Mazarine (Paris). http://enccre.academie-sciences.fr/

 9-11 novembre 2017 : Congrès de la Società Italiana di Storia delle Matematiche, Pavie.

http://www.sism.unito.it/node/congressi/pavia2017/

14 novembre 2017 : Colloque D’Alembert, org. par Académie des sciences, Paris, Institut de France.

http://www.academie-sciences.fr/fr/Colloques-conferences-et-debats/d-alembert-tricentenaire-du-mathematicien-et-philosophe-des-lumieres.html

16 novembre 2017 : « Autour des dictionnaires, à l’occasion du tricentenaire de la naissance de D’Alembert », Académie de Lyon, org. Nicole Dockès.

 16-17 novembre 2017 : Colloque D’Alembert, org.  Académie de Montpellier

Exposition « L’arbre des savoirs : encyclopédie, lumières, D’Alembert et l’évolution des sciences »

23 novembre après-midi : Commémoration du tricentenaire par l’Institut Jean Le Rond D’Alembert (UMR 7190 du CNRS, UPMC) à l’UPMC, campus Jussieu.

Publications

Revue de Métaphysique et de morale, 2017/1 (n° 93), D’Alembert (1717-2017) (paru printemps 2017)

6 octobre : parution du livre « Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières » (EDP Sciences) https://www.facebook.com/enccre/

Numéro spécial de la revue Centaurus, « Tercentenary of Jean Le Rond D’Alembert’s birth (1717-1783).  A review of the latest research », parution prévue automne 2017

 Dossier de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, automne 2017, http://rde.revues.org/

 Eszter Kovács, « Az idő dönt majd arról… 300 éve született D’Alembert » [texte commémoratif et traduction du « Tableau de l’esprit humain au milieu du xviiie siècle » (Essai sur les Éléments de philosophie)], Helikon. Irodalomtudományi Szemle, no 2, 2017, numéro spécial Hálózatelmélet és Irodalomtudomány », parution prévue automne 2017

 

Anne-Marie Chouillet, l’ouverture d’esprit en héritage

Portrait-visage-AMC-mars2016Anne-Marie Chouillet s’est éteinte le 14 mai.
Fondatrice de la Société Diderot, et de la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, elle a œuvré durant toute sa vie pour la connaissance du grand dictionnaire des Lumières et de son principal maître d’œuvre. Spécialiste de Diderot, de l’Encyclopédie, elle le fut aussi de la presse du XVIIIe siècle, puis des études sur Condorcet et sur D’Alembert. C’est sa rigueur de mathématicienne, couplée au goût des beaux ouvrages, qui a contribué à poser les fondations des œuvres complètes de ces derniers.
Instigatrice de nombreux travaux collectifs, dont la publication des grandes correspondances (D’Alembert, Condorcet), elle fut à l’origine de certains colloques parmi les plus novateurs sur ses sujets ; furent publiés Le colloque international Diderot (1985), La matière et l’Homme dans l’Encyclopédie (1997). Outre le Voyage à Bourbonne, à Langres et autres récits de Diderot (1989) et son Autour du Neveu de Rameau de Diderot (1992), elle a publié L’Almanach anti-superstitieux de Condorcet (1993) et un très grand nombre d’études dix-huitiémistes, comme de contributions à la grande édition de Diderot, dite DPV, avec Jacques Chouillet. Trésorière de la Société française d’étude du XVIIIe siècle, puis de la Société internationale, plus de vingt-cinq ans directrice de RDE, elle a aimé faire se rencontrer les chercheurs et rendre possible des réalisations au long court, scellées par l’amitié et la fidélité.
Même si ces dernières années, son état de santé ne lui permettait plus la même activité, Anne-Marie Chouillet est aussi associée au projet ENCCRE. En effet, le colloque qu’elle avait conçu et organisé – qui s’est tenu à Jussieu en 2001 – avait pour titre L’Encyclopédie en ses nouveaux atours électroniques : vices et vertus du virtuel, (RDE, 2002). C’est de là que sont parties les réflexions, les critiques, les enthousiasmes, les déterminations multiples qui ont donné naissance à notre projet actuel. ENCCRE doit beaucoup à Anne-Marie qui avait su fédérer autour de l’Encyclopédie et de sa revue, autant de chercheurs, littéraires aussi bien que mathématiciens, de tous pays et de toutes générations. Merci, chère Anne-Marie !

Correspondance de D’Alembert 1741-1752

Vol_V-2_premiere_couverture_rSortie le 28 août 2015

Des mathématiques profondes, des conversations gaies et critiques, des batailles idéologiques autour de l’Encyclopédie : ce volume de correspondance montre D’Alembert à l’œuvre entre 1741 et 1752, autrement dit, entre son entrée à l’Académie royale des sciences et la première interdiction du grand ouvrage.

Présenté et annoté par les meilleurs spécialistes de ces domaines, le volume V/2 (2e volume de la série V) des Œuvres complètes de D’Alembert renouvelle en profondeur notre vision de l’œuvre et de l’activité du savant encyclopédiste. Plus généralement, c’est le quotidien de la pensée des Lumières qui prend vie : la marquise de Crequÿ trouvant une brochure d’Helvetius sur sa cheminée ; D’Alembert débordé par ses diverses tâches — épreuves à corriger, jésuites à bâtonner, jansénistes à fustiger ; lettres se croisant entre Paris et Genève, où son ami Cramer attend avec impatience aussi bien les réponses à ses remarques sur l’infini que la dernière version du Discours préliminaire de l’Encyclopédie, mais aussi entre Paris et Berlin, où se nouent les débats sur la théorie de la Lune et l’attraction newtonienne…

En ce volume se croisent Euler et Maupertuis, Voltaire et Diderot, Rameau et Rousseau, mais aussi des typographes, des académiciens distraits et des journalistes qu’il faut quereller. Cette correspondance est aussi le lieu où s’éclairent nombre de difficultés ardues — sur la théorie de la Lune, les calculs de la précession des équinoxes —, des questions d’hydrodynamique, de temps et d’espace, comme la complexité des débats ouverts par l’introduction et l’application des nombres imaginaires, de leurs logarithmes ou la représentation des fonctions par des séries.

On y rencontre aussi des salonnières parisiennes bien connues, comme Mme Du Deffand ou Mme Geoffrin, et d’autres qui pour l’être moins, n’en sont que plus attirantes : Mme de Crequÿ et Mlle Lemery, qui l’une et l’autre logent à deux pas du collège Mazarin, sur l’actuel quai Conti, où D’Alembert a fait ses études avant de retourner chez sa nourrice, rue Michel-le-Comte, se consacrer à la géométrie, à la musique… et aux sorties au théâtre.

Comment les espaces lointains de Genève et Berlin, que la poste n’atteint qu’en quelques jours voire plusieurs semaines, réagissent-ils à l’effervescence intellectuelle d’où vont surgir les premiers volumes de l’Encyclopédie ? Comment fonctionnent les rouages de l’Académie des sciences et comment D’Alembert prépare-t-il son entrée à l’Académie française ? Au moment où Voltaire se retrouve en porte-à-faux entre la cour de Prusse et celle de France, comment D’Alembert met-il en place sa relation privilégiée avec Frédéric II ? Pourquoi la théorie de la musique passionne-t-elle D’Alembert ? C’est en explicitant et en reliant les références, les allusions, les plaisanteries et les calculs que ce volume permet d’entendre, non seulement le bruit du siècle, mais d’en discerner les différentes harmoniques, d’en comprendre les enjeux et d’en suivre les évolutions.

Le volume a été organisé pour offrir une lecture rigoureuse et aisée, appuyée sur de nombreux outils éditoriaux et des analyses inédites de textes tout aussi inédits. L’index, par exemple, a été pensé à neuf, comme outil de navigation mais aussi de référence qui permet à tout public, amateur comme universitaire, d’y trouver son bonheur, satisfaire sa curiosité ou s’appuyer sur une solide documentation. La longue introduction, rédigée par les mêmes chercheurs que les notes, offre une vision d’ensemble aux annotations ponctuelles, ainsi qu’une cartographie du paysage scientifique et intellectuel du temps. Le travail collaboratif qui y a été mené, fruit des travaux du Groupe D’Alembert sur l’ensemble de l’œuvre publiée dans les autres séries, prend ici tout son sens. Il a permis de dater de nombreuses lettres qui ne l’étaient pas, d’en retrouver de nouvelles, d’enrichir en profondeur la compréhension des lettres et de leur environnement.

Après le volume V/1 d’Inventaire analytique, « raisonné », auraient dit les auteurs du Dictionnaire raisonné, ce volume ouvre la série de la correspondance annotée (1741-1783) où chaque volume possède sa couleur propre. Celle du V/2 est sans conteste la couleur de la jeunesse de D’Alembert, de ses grands traités scientifiques, de l’enthousiasme du début de la grande entreprise commune avec Diderot, et des premiers revers de l’Encyclopédie.

.