Tous les articles par Irène Passeron

Envoi de l’Emile à D’Alembert

D’ALEMBERT figure sur une liste établie vers 1762 par Jean-Jacques ROUSSEAU pour envoi des exemplaires de l’Émile (document en vente chez Christie’s).

D’Alembert remercie Rousseau de cet envoi le 15 juin 1762 : c’est la lettre 62.12 de la Correspondance de D’Alembert : Inventaire analytique, en ligne :

http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

33 personnes figurent sur cette liste, avec leur adresse respective accompagnée parfois d’un commentaire.
En tête, « Madame la Mareschale » [de Luxembourg] à laquelle Rousseau destine 30 exemplaires. C’est chez elle, à Montmorency, qu’il sera averti de sa prochaine arrestation et d’où il s’enfuira pour Yverdon.
Parmi les noms qui suivent : Malesherbes, la comtesse de Boufflers (« rüe N. D. de Nazareth proche le Temple »), d’Alembert (« rue Michel-le-Comte »), Madame de Chenonceaux et Madame Dupin (« rüe Plastriére »), Watelet (« rue Charlot »), le mathématicien Clairaut (« je crois qu’il demeure rue de la verrerie mais je n’en suis pas sur ». « rue du Cocq » ajouté d’une autre main), la Condamine (« je crois qu’il demeure cul-de-sac du Cocq » « S. Thomas du Louvre »), la marquise de Créqui (« quai des 4 nations »), le peintre La Tour (« aux galleries du Louvre »), M. de Lalive d’Epinay (« rue St honoré vis à vis les Capucins »), MM de Voultaire (« rue Quincampoix »), M. de la Pouplinière [célèbre mécène et protecteur de Rousseau], M. de Mayran et M. de la Roche (« 20 – 8° et 10 in-12 »).
Rousseau a également noté

Détail de la liste d'envoi de l'Emile par Rousseau
Détail de la liste d’envoi de l’Emile par Rousseau

que « s’il y a quelqu’une des personnes sus-mentionnées qui ait changé de demeure, ou dont on ne la trouve pas on rapportera le livre et l’on m’en enverra note ».

D’Alembert, lettres nantaises

Rencontre « Nos collections à la loupe « , le 25 mars 2015, à 18h00, à la Médiathèque Espace Jacques Demy de Nantes, en partenariat avec l’association des Amis de la Bibliothèque:

« Des lettres de D’Alembert à Nantes ».  Présentation par Irène Passeron, chargée de recherche au CNRS :  Quelques pages manuscrites de D’Alembert sont conservées à Nantes, si on les regarde à la loupe, c’est le monde des Lumières qui s’anime devant nous. Mais que veulent dire ces quelques phrases mystérieuses, « me faire une injustice criante et absurde », « j’ai parlé aussi à M. Rousseau », « l’académie françoise s’est fait une loi, fondée sur de bonnes raisons, de ne point repondre aux questions sur lesquelles il y a un pari » ? Que nous révèle sur l’identité de l’académicien encyclopédiste, quelques mots, un cachet de cire rouge et un reçu de rente viagère de 1778 ?

Voir les manuscrits des lettres conservées à la BM de Nantes : http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

Voltaire, présentation par Gerhardt Stenger, maître de conférences en littérature française : la Bibliothèque possède dans le fonds Labouchère les Oeuvres de Voltaire en 26 volumes, dont plus de la moitié porte des annotations de la main de l’auteur.

24 Quai de la Fosse
44000 Nantes
Quartier : Centre-ville
02 40 41 95 95
http://bm.nantes.fr

Avis de recherche de lettres de D’Alembert

Ces lettres, dont le contenu nous est partiellement ou même totalement inconnu sont passées en vente sans que nous sachions où elles sont aujourd’hui : toute nouvelle information serait un apport à la recherche!

2 octobre 1746 d’Euler à D’Alembert, passée en vente Cat. vente Charavay, post 1885 (46.12)

28 octobre 1746 D’Alembert à d’Herten, passée en vente Cat. vente Charavay, 1992 (46.13)

11 juillet 1749 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. venteDrouot, post 1948 (49.06)

9 janvier 1750 D’Alembert à Gabriel Cramer (le mathématicien), passée en vente Cat. vente Christie’s 2004 (50.02)

27 novembre 1751 D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Drouot, 1961 (51.18)

non datée [c. 10 janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, mars 1960 (53.01)

non datée [fin janvier 1753] D’Alembert à la marquise de Créquy, passée en vente Cat. vente Morssen, février 1961 (53.07)

13 septembre 1753 D’Alembert à la Mme de Ménilglaise, passée en vente Cat. vente Charavay 11 avril 1876 (53.16)

10 mars 1756 à ?, passée en vente Cat. vente Charavay mars 1917 (56.07)

Lettres de D’Alembert à retrouver (sur la période 1741-1756), chez un particulier, dans une bibliothèque ? Les références sont celles de l’Inventaire analytique de la correspondance, I. Passeron, AM Chouillet, JD Candaux, CNRS Editions, 2009, interrogeable en ligne : pour plus de détail sur le peu que nous savons de ces lettres.

contact : Irène Passeron

Ce que les robots ménagers doivent à D’Alembert

Le « Principe de D’Alembert »

Tel que le définit Condorcet dans son « Eloge de D’Alembert » en 1783, (éd. de 1847):

Dans la science du mouvement, il faut distinguer deux sortes de principes : les uns sont des vérités de pure définition, les autres sont ou des faits donnés par l’observation, ou des lois générales déduites de la nature des corps considérés comme impénétrables, indifférents au mouvement, et susceptibles d’en recevoir. De ces derniers principes, celui de la décomposition des forces était le seul vraiment général qui fût connu jusqu’alors ; et joint à ces vérités de définition, sur lesquelles Huyghens et Newton n’avaient rien laissé à découvrir, il avait suffi pour établir leurs sublimes théories, et pour résoudre ces problèmes de statique, si célèbres dans le commencement de ce siècle. Mais si les corps ont une forme finie, si on les imagine liés entre eux par des fils flexibles, ou par des verges inflexibles, et qu’on les suppose en mouvement, alors ces principes ne suffisent plus, et il fallait en inventer un nouveau ; M. D’Alembert le découvrit, et il n’avait que vingt-six ans [1743] : ce principe consiste à établir l’égalité, à chaque instant, entre les changements que le mouvement du corps a éprouvés et les forces qui ont été employées à les produire, ou, en d’autres termes, à séparer en deux parties l’action des forces motrices, à considérer l’une comme produisant seule le mouvement du corps dans le second instant, et l’autre comme employée à détruire celui qu’il avait dans le premier. Ce principe si simple, qui réduisait à la considération de l’équilibre toutes les lois du mouvement, a été l’époque d’une grande révolution dans les sciences physico-mathématiques. A la vérité, plusieurs des problèmes résolus dans le traité de Dynamique l’avaient déjà été par des méthodes particulières ; différentes en apparence pour chaque problème, elles n’étaient sans doute réellement qu’une seule et même méthode ; sans doute elles renfermaient le principe général qui y était caché, mais personne n’avait pu l’y découvrir ; et si on refusait, sous ce prétexte, à M. D’Alembert la juste admiration qu’il mérite, on pourrait, avec autant de raison, faire honneur à Huyghens des découvertes de Newton, et accorder à Wallis la gloire que Leibnitz et Newton se sont disputée.

On peut en donner de nombreuses versions « équivalentes », par exemple dans l’article en ligne de P. Fullsack (2012):

Pour d’Alembert, les différentes parties d’un système interagissent par des liaisons qui ‘maintiennent’ les parties au bon endroit. Plus précisément, D’Alembert ne se contente pas de soustraire les forces du membre de droite; il dégage une méthodologie pour calculer le mouvement des corps en utiisant le principe des travaux virtuels. La clé est que les forces de liaisons ne fournissent aucun travail, ce qui est l’expression duale du principe de d’Alembert. Cette image vaut universellement. Quand les liaisons mécaniques soient réalisées par des barres, des joints, articulations de toutes sortes, on obtient un puissant moyen de calcul. Il n’est donc pas anodin de constater que le plus grand champ d’application du principe de D’Alembert est la robotique. Les bras qui dirigent les scanners médicaux, ceux qui dirigent la boisson d’une personne tétraplégique sous le seul contrôle de sa pensée, les véhicules d’exploration de la lune ou de mars, les drones, télémanipulateurs, robots ménagers japonais etc sont tous redevables à D’Alembert.

Mais on peut aussi revenir à la source et lire C. Schmit pour comprendre le contexte d’énonciation du « Principe de D’Alembert » original dans son Traité de dynamique de 1743, ses différentes forces et faiblesses, l’importance et la complexité de sa postérité :